Ces ministres du gouvernement venus de la droite

Ils sont quatre venus de la droite et du centre à avoir rejoint le nouveau gouvernement d'Emmanuel Macron.

 

  • Bruno Le Maire

Ministère de l’Économie

C’est l’une des figures de la droite. Directeur de cabinet de Dominique de Villepin, il est élu pour la première fois en 2007 en tant que député UMP dans l’Eure. François Fillon le nomme secrétaire d’Etat aux Affaires européennes puis ministre de l’Agriculture. Deux fois candidats à la présidence de l’UMP, en 2012 et 2014, candidat malheureux de la primaire de la droite et du centre en 2016 – 2,6% des voix -, il tente d’incarner « le renouveau » et prône une moralisation de la vie publique. Des points en commun avec Emmanuel Macron.

  • Sylvie Goulard 

Ministère des Armées

Énarque, Sylvie Goulard a l’Europe chevillée au corps. Conseillère politique du Commissaire Européen Romano Prodi de 2001 à 2004, elle est élue en 2009 à la Commission européenne sur les listes du MoDem. La fédéraliste, fidèle de la première heure, a apporté son soutien au mouvement En Marche ! dès septembre 2016. Emmanuel Macron a bénéficié du réseau de Sylvie Goulard, qui lui a notamment permis de rencontrer Angela Merkel en mars.

  • Gérald Darmanin 

Ministère de l’Action et des comptes publics

Gérald Darmanin devient ministre de l’Action et des comptes publics à l’âge de 34 ans. Le maire de Tourcoing, qui a commencé sa carrière chez les jeunes de l’UMP, a été nommé secrétaire adjoint des Républicains en 2014 par Nicolas Sarkozy. Il a démissionné de ce poste le 5 mars pour signifier la perte de son soutien à François Fillon, en pleine affaire Pénélope.

  • Marielle de Sarnez

Ministère des Affaires européennes

Bras droit de François Bayrou, elle le suit depuis 1993, date à laquelle elle est conseillère de son cabinet au ministère de l’Education nationale. L’investiture de cette figure du centre‐droit dans la 11ème circonscription de Paris a créé la polémique, certains soulignant qu’elle ne remplit en effet pas le critère de renouvellement de la classe politique après ses quatre mandants fois au Parlement européen.