VIDÉO. Les travailleurs détachés en chiffres

Européen convaincu mais pas "eurobéat", Emmanual Macron a annoncé vouloir réformer la directive européenne sur les travailleurs détachés. Que préconise cette directive ? Qu'est-ce qu'un travailleur détaché ? Etat des lieux.

Pendant la campagne présidentielle, les travailleurs détachés ont longuement été évoqués, notamment par Jean‐Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Symbole du “dumping social” pour certains, les travailleurs détachés opposent souverainistes et pro‐européens. Emmanuel Macron, lui, veut renforcer les contrôles sans abroger la directive européenne sur les travailleurs détachés.

Le 16 décembre 1996, le statut de “travailleur détaché” est défini par cette directive établie par le Conseil et le Parlement européens. On peut y lire :

“Un travailleur est considéré comme ‘détaché’ s’il travaille dans un Etat membre de l’Union Européenne parce que son employeur l’envoie provisoirement poursuivre ses fonctions dans cet Etat membre”.

Cela induit deux choses :
— les cotisations sociales appliquées sont celles du pays d’origine du travailleur ;
— le salaire et les conditions de travail du salarié détaché sont indexés sur les règles du pays dans lequel il travaille.

Etat des lieux des travailleurs détachés en France en vidéo.

En clair, le revenu du travailleur est au niveau du pays dans lequel il réside mais l’entreprise peut employer à moindre coût en se délocialisant. Un exemple, une entreprise française se délocalise en Roumanie. Elle y emploie pour moins cher qu’en France puis envoie les travailleurs dans la métropole avec des contrats courts (50 jours en moyenne). Le fameux “dumping social”.