Bernard Cazeneuve veut porter plainte contre Jean‐Luc Mélenchon

L'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve a annoncé dimanche soir dans un communiqué son intention de porter plainte contre Jean-Luc Mélenchon pour diffamation. A Montreuil le leader de la France insoumise avait reproché à Bernard Cazeneuve "l'assassinat" du militant écologiste Remi Fraisse en 2014.

Entre l’ancien Premier ministre et le leader de la France insoumise, le torchon n’en finit plus de brûler. Dernier épisode du duel entre les deux hommes politiques : l’annonce de Bernard Cazeneuve dimanche soir de porter plainte pour diffamation contre Jean‐Luc Mélenchon.

Dimanche 28 mai, l’émission C Politique de France 5 a diffusé un extrait d’un meeting de la France Insoumise à Montreuil. Aux côtés de son ancien porte‐parole Alexis Corbière, Jean‐Luc Mélenchon s’en est violemment pris à Bernard Cazeneuve devant une foule réunie autour de lui :

Cazeneuve, le gars qui s’est occupé de l’assassinat de Rémi Fraisse. Le gars qui a fait gazer, matraquer toutes les manifestations et qui prend maintenant sa tête de petite sainte‐nitouche pour dire que c’est moi qui ne sais pas choisir entre le FN et je ne sais pas qui.

Le candidat de la France insoumise accuse donc Bernard Cazeneuve d’être le responsable de la mort de Rémi Fraisse, un jeune militant écologiste tué en 2014 par le jet d’une grenade de gendarmes près du chantier de Sivens, dans le Tarn.

Il répond à Bernard Cazeneuve. Celui‐ci avait estimé le 1er mai, dans le journal Libération, que ne pas appeler à voter pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen était “une faute morale impardonnable” de la part de Jean‐Luc Mélenchon.

Invité de Télématin sur France 2 le jeudi 25 mai, Alexis Corbière, cadre de la France isoumise, s’était déjà agacé des déclarations de Bernard Cazeneuve et avait soutenu les positions de Jean‐Luc Mélenchon.

https://twitter.com/jeffwitten/status/867981672624439298

Avant la plainte de Bernard Cazeneuve, le Parti socialiste a condamné dimanche soir les propos diffamatoires et volontairement provocateurs de Jean Luc Mélenchon à l’encontre de Bernard Cazeneuve. Jean Christophe Cambadélis a soutenu l’action de l’ancien Premier ministre sur France info.

Le PS, dans un communiqué, a également jugé que le leader de la France insoumise avait recouru à “des méthodes que ne réprouverait pas l’extrême droite sur Internet.”

La diffamation est une “fausse accusation qui porte atteinte à l’honneur et à la considération d’une personne”. Elle constitue bien un délit si elle est effectuée dans un cadre public. Si la diffamation publique était avérée, Jean‐Luc Mélenchon encourrait jusqu’à 45 000 euros d’amende.