Budget 2018: les réactions à l’Assemblée

En audition à l’Assemblée nationale pour présenter le Budget 2018 du gouvernement, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin ne font pas l’unanimité. La séance est animée.

Manque de précisions aux yeux de certains ou faveurs aux plus riches pour d’autres, la présentation du Budget 2018 ne satisfait pas les députés de l’opposition à l’Assemblée nationale, ni les syndicats et ONG.

Chez les Républicains, Eric Woerth a reproché au gouvernement le manque d’ambition du projet de réduction de la dépense publique : « Le logement et les contrats aidés, c’est un peu court !»

A gauche, le projet révolte. Si Bruno Le Maire déclarait que le Budget bénéficierait à “tous les Français” et pas seulement aux plus riches, ce n’est pas le ressenti du député du parti communiste français, Fabien Roussel, ( 20e circonscription du Nord). Il twitte : « Ce budget c’est au bonheur des riches ! 20 mds de cadeaux fiscaux au plus riches et 16 mds pris dans nos poches ! »

Nathalie Rabault (PS) s’est confrontée aux ministres de Bercy, reprochant le manque de données chiffrées du Budget 2018, « La sincérité à la commission des finances passe par les chiffres (…) il n’y en a jamais ». L’élue socialiste dénonçait également l’inflation sur la construction de son domicile qu’engendrerait la taxe sur l’aménagement du territoire. Darmanin a tenu à préciser : « il n’y a pas de taxe d’aménagement du territoire qui soit un impôt déguisé.»

Face aux voix dissonantes de droite et gauche qui se sont élevées contre le projet, Le Maire a estimé que « les obstacles » soulevés par les députés de l’opposition relevaient du « conservatisme idéologique ».

Le MEDEF et cinq ONG mitigées sur le Budget 2018

Du côté des syndicats, les avis sont partagés, le MEDEF, considère dans son communiqué diffusé sur Twitter que le Budget 2018 est “clairement favorable à l’activité économique en France”, mais qu’il ne “règle pas notre problème de compétitivité”. Quant à l’augmentation des crédits de l’aide publique au développement (+100 millions en 2018) cinq ONG : Oxfam, One, Action Santé Mondiale, Action contre la faim et Réseau Action Climat l’estiment « trop marginale. » Dans un communiqué de presse commun elles considèrent que la présentation à l’Assemblée dévoile « un budget décevant. » Ces cinq ONG « en appellent maintenant aux parlementaires pour permettre à la France de tenir ses engagements” sur le renforcement de la taxe sur les transactions financières (TTF).