Les grandes lignes du budget 2018

Le gouvernement a détaillé le contenu du premier projet de loi de finances de l’ère Macron

Baisser les impôts tout en réduisant le déficit. C’était l’objectif du gouvernement, dont le porte-parole, Christophe Castaner, vient de rendre public le contenu du projet de loi de finance (PLF) 2018, à l’issu du conseil des ministres du mercredi 27 septembre. Selon celui qui est aussi secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, il s’agit d’un « budget de transformation et de pouvoir d’achat » avec  « une forte hausse du pouvoir d’achat des salariés ».

Dans le détail, la promesse de réduction des prélèvements obligatoires est tenue, avec une baisse de 7 milliards d’euros, même si elle est moins importante que ce que le gouvernement annonçait ces dernières semaines. Elle devrait se traduire notamment par une exonération d’un tiers de la taxe d’habitation pour 80% des foyers français.

Le budget sera aussi marqué par une transformation de l’impôt sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI), ainsi que par l’instauration d’une « flat tax » (à taux fixe) de 30% sur les revenus du capital et une baisse de l’impôt sur les sociétés (IS), qui devrait passer de 33% à 25% d’ici 2022.

Dans le même temps, les dépenses publiques seront réduites de prêt de 15 milliards d’euros. Ce qui devrait permettre à la France de « tenir ses promesses » européennes puisque le déficit public devrait atteindre 2,6% en 2018, contre 2,9% cette année. Christophe Castaner a d’ailleurs souligné « l’exemplarité de la politique du gouvernement, vis-à-vis des exigences de l’Union européennes en matière budgétaire ». La dette publique devrait se stabiliser en 2018 à 96,8% du PIB.

A noter que le budget 2018 table sur une croissance de 1,7% l’année prochaine, équivalente à celle de cette année.