Statut de Jérusalem : des manifestations à travers le monde musulman

De nombreux fidèles musulmans du monde entier ont protesté ce vendredi contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale israélienne par Donald Trump. Un Palestinien a trouvé la mort dans des affrontements avec les forces israéliennes.

Le choix unilatéral du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël a été mal accueilli par le monde musulman. Des heurts ont éclaté vendredi à Jérusalem, près de la bande de Gaza et en Cisjordanie alors que des manifestations ont eu lieu dans de nombreux pays. Pour autant, aucun incident violent n’a été rapporté et la mobilisation semblait moins importante qu’escompté.

En Iran, en Malaisie et en Egypte, des manifestations ont éclaté dès vendredi matin. A Istanbul en Turquie, des milliers de manifestants ont brandi des drapeaux palestiniens et des pancartes proclamant “Jérusalem est notre honneur” et “A bas l’Amérique, à bas Israël”.

L’agence Anadolu est l’agence de presse turque officielle.

https://twitter.com/TBMJ2_/status/939139099553861632

En Jordanie, le seul pays arabe avec l’Egypte à avoir signé la paix avec Israël en 1994, quelque 20.000 personnes ont manifesté à Amman et dans d’autres villes, en criant que “Jérusalem est la capitale de Palestine”, selon des correspondants sur place.

Les protestataires ont brandi des pancartes avec les drapeaux israélien et américain accompagnés de la mention “Au diable”! Ils ont appelé à la fermeture de l’ambassade des Etats‐Unis et brûlé les drapeaux d’Israël et des Etats‐Unis.

Au Caire, des centaines de fidèles entourés de policiers anti‐émeute, ont manifesté à la mosquée Al‐Azhar. “Nous sacrifierons notre âme et notre sang pour toi, Al‐Aqsa”, sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem, ont scandé les manifestants, certains brûlant des drapeaux américain et israélien.

“Jérusalem est islamique et arabe”, a dit Abbas Shuman, adjoint du grand imam d’Al-Azhar, lors de son prêche. Même s’il a condamné l’annonce de Donald Trump, il a souligné que “le moment n’est pas aux protestations mais aux décisions”.

En Afghanistan, des manifestants clament que “Jérusalem est palestinienne”

Au Liban, des milliers de membres de partis islamistes et de gauche, ainsi que des Palestiniens ont organisé une marche à Beyrouth. Certains ont porté des photos de Trump et du drapeau américain barrés d’un grand X rouge. Des manifestations ont également été organisées dans trois des 12 camps de réfugiés palestiniens du Liban, Baddaoui, Borj‐Barajné (Beyrouth) et Aïn Héloué (sud).

En Afghanistan, des centaines de personnes étaient également réunies devant la mosquée principale de Kaboul, armées d’affiches clamant “Jérusalem est palestinienne”. En Syrie voisine, malgré la guerre, des Syriens et des Palestiniens ont manifesté contre la décision de Donald Trump.

Conscients du climat de colère chez les voisins d’Israël, les États‐Unis ont déclaré, via l’ambassadrice américaine Nikki Haley, qu’ils restaient “engagés dans le processus de paix”.