Violences faites aux femmes : tollé autour d’une affiche de Robert Ménard

En campagne pour que le TGV desserve sa ville, le maire de Béziers Robert Ménard a partagé de nouvelles affiches provocantes.

Il n’aura pas fallu longtemps à Robert Ménard pour susciter une nouvelle polémique à partir d’un tweet. Depuis plusieurs mois, le maire de Béziers, dans l’Hérault, fait campagne pour que sa ville soit desservie par le TGV. Connu pour sa communication choc et sa capacité à offusquer pour faire parler, il s’illustre à nouveau avec ses dernières affiches. L’une d’entre elle a particulièrement déplu, accusée de faire l’apologie des violences contre les femmes. “Campagne une fois de plus odieuse, de surcroît venant d’un élu de la République”, a très rapidement tweeté Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes.

Sur l’image, une locomotive à vapeur s’approche dangereusement d’une femme ligotée aux rails. “Cette image fait référence à l’univers du western”, se défend l’élu Occitan dans un tweet. Une explication qui peine à convaincre des internautes choqués, qui y voient l’expression d’un humour sexiste de mauvais goût. Certains mettent en avant un lien avec un terrible fait divers, celui d’un homme ayant attaché sa femme à des rails, causant ainsi sa mort. Marlène Schiappa a annoncé avoir “saisi ce matin le Préfet afin que tous les recours possibles soient étudiés et activés”.

Tout en fustigeant le maire biterrois, nombre d’internautes ont également déploré que ces réactions outrées participent à donner plus d’importance qu’elle n’en mériterait à cette campagne. Le tweet de la secrétaire d’État Marlène Schiappa, qui renvoie vers celui de Robert Ménard, a par exemple suscité environ 1000 mentions “j’aime” et autant de “retweets”, donc bénéficie indirectement donc l’ancien fondateur de Reporters sans frontières.