Grève RER : impuissance générale à la gare du Nord

Répondant à l’appel de quatre syndicats de cheminots, près de 90% des conducteurs des lignes A et B du RER se sont mis en grève ce mardi 12 décembre. Reportage à la gare du Nord, carrefour de circulation de la capitale.

Un RER sur deux vous manque, et tous sont surpeuplés. Ce mardi 12 décembre au matin, les gares RER de la capitale sont encore plus bondées que d’habitude en raison de la grève des cheminots. Certains cadres de la régie autonome des transports parisiens (RATP) ont même dû s’improviser conducteurs pour qu’un train sur deux circule en heure de pointe.

Voyage en incompréhension

La situation est particulièrement chaotique en gare du Nord, carrefour de circulation important où se croisent touristes et travailleurs. Les RER B venant du centre et du sud de la capitale ne vont pas plus loin vers le nord ce matin. Des annonces en gares invitent les voyageurs à sortir du souterrain pour récupérer un autre RER B sur les voies de surfaces. Les panneaux d’affichage indiquent des directions qui ne correspondent pas à celles des trains à quai. “Quand on se dirige vers une rame, ils nous indiquent qu’il faut aller ailleurs, et quand on y est, ils nous disent l’inverse”, s’exaspère Clodius entre deux bouffées de cigarette : “Ils n’en savent pas plus que nous”.

Gare du Nord, les voyageurs savent que leur RER B doit exceptionnellement partir des voies 32 ou 33. Mais lorsque deux trains stationnent de par et d’autre du quai, il est bien difficile de comprendre lequel partira en direction de Roissy ou de Mitry.

Ils”, ce sont les nombreux agents de la RATP déployés pour informer les passagers égarés. Blouson rouge et casquette vissée sur la tête, ils tentent tant bien que mal de répondre à des questions de voyageurs égarés et stressés. “Pour être honnête, moi-même je ne sais pas pourquoi on doit demander aux gens de changer de train …”, confie l’un d’entre eux, tout en essayant d’indiquer de ses deux bras trois directions différentes à des passagers pressés. Cette permutation de RER est dû au changement d’exploitant des trains, la SNCF prenant le relais de la RATP à cette station. “Les usagers réguliers se sont organisés pour adapter leur temps de trajet, estime-t-il par ailleurs, mais à Gare du Nord il y a beaucoup de touristes, qui sont forcément moins informés”.

« J’ai voulu ruser, j’ai raté mon avion »

La situation n’est pas simple, même pour les habitués, car les perturbations des deux RER ont des répercussions sur d’autres transports. Venu de Malaga (Espagne) pour rendre visite à sa famille à Massy, dans le sud de Paris, Stéphane a tenté de ruser pour ne pas rater son avion retour ce matin. “J’ai payé 30 € un billet SNCF pour faire Massy-Palaiseau – Roissy-Charles de Gaulle, plutôt que d’emprunter la ligne B d’un bout à l’autre”, explique-t-il. Sauf que son train SNCF a également accusé 45 minutes de retard à cause des problèmes sur le RER B. Il a donc raté son avion, et ne s’est fait rembourser que 17€ de son billet SNCF, conformément aux clauses valables en cas de retard. Le désespoir dans les yeux et la voix, il constate, “Maintenant il faut que je retourne à Massy. Avec le RER B”.