France, International, Société

Internet très haut débit : la France garde le cap

Dans son QG temporaire lotois, le Premier ministre Edouard Philippe a précisé les objectifs de l’exécutif concernant les territoires ruraux. Parmi les sujets phares : l’Internet à très haut débit.

Édouard Philippe a délocalisé son cabinet à Cahors, dans le Lot, ce jeudi. Le Premier ministre y défend la feuille de route de l’exécutif pour les territoires ruraux et villes moyennes. Au programme, notamment : l’Internet à très haut débit d’ici 2022.

Le cap est clair”, a déclaré le chef du gouvernement. Tous les Français doivent avoir “au moins 8 mégabits en 2020 et le très haut débit, soit 30 mégabits d’ici 2022”. Édouard Philippe reprend ainsi les objectifs de la stratégie adoptée il y a 4 ans. Baptisée “Plan France Très Haut débit”, elle a été lancée par François Hollande en février 2013 pour porter à 100% le taux de couverture du pays d’ici 2022. Une enveloppe de 20 milliards d’euros, dont 3,3 milliards de l’État, est prévue sur ces 10 ans.

Au niveau européen, la France ne brille pas par sa vitesse de connexion. Au 24ème rang européen, elle se situe loin derrière la Norvège, les Pays-Bas et l’Islande. Découvrez notre carte cliquable comparant les pays européens en termes de vitesse de connexion et de pourcentage de haut débit.

[xyz-ihs snippet=“carte-internet”]

Actuellement, 51,2% du territoire français est doté du très haut débit, avec une forte inégalité entre les villes et les campagnes. Dans les territoires ruraux, seulement 31,2% des ménages et locaux professionnels ont accès à l’Internet à très haut débit, soit deux fois moins que dans les territoires urbains (66,2%).

“Pour les zones les plus isolées, nous allons devoir faire du cousu main”, a admis Édouard Philippe ce jeudi 14 décembre. Dans ce plan D, on retrouve l’Internet par satellite. Pour rappel, deux groupes monopolisent le marché français : SES Astra et Eutelsat Skylogic. S’ajoutent les boucles locales radio, qui permettent aux usagers d’être reliés à leur opérateur Internet grâce aux ondes radio.

Pour mettre en place ces diverses alternatives très haut débit,  le gouvernement va créer un “guichet numérique” auquel les usagers pourront s’adresser. Une enveloppe totale de 100 millions d’euros est prévu pour l’achat du matériel nécessaire par les usagers.

Pour aller plus loin : consultez ICI la carte détaillée de la couverture internet en France