Consommation, Economie

Ikea en France, une implantation en kit

Ingvar Kamprad, fondateur d’Ikea décédé samedi, laisse derrière lui un empire fort de près de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel.Un géant dont la France représente le troisième marché. Mais l’implantation d’Ikea dans le pays s’est faite en plusieurs étapes.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

“Comme tant d’autres, j’étais devenu l’esclave de l’instinct du cocooning Ikea. Je feuilletais les catalogues en me demandant : ‘Quel genre de vaisselle me définit en tant que personne ?’ Dans le temps, on lisait des revues porno. Maintenant, c’étaient les catalogues de mobilier.”

C’est ainsi que, dans les premières minutes de Fight Club, Edward Norton exprimait l’intrusion d’Ikea dans sa vie. Sorti en 1999, le film de David Fincher montrait par ces quelques phrases la place prépondérante prise par le géant suédois de l’ameublement dans la société américaine. Pourtant, à l’époque, Ikea ne disposait en France que d’une implantation modérée. L’entreprise suédoise y comptait certes neuf magasins à la fin du XXe siècle, mais le chiffre d’affaires d’Ikea sur le territoire français n’atteignait alors pas encore la barre symbolique du milliard d’euros.

Voir en taille réelle

Voir en taille réelle

Comme le montrent ces graphiques, le chiffre d’affaires et la part de marché d’Ikea en France ont plus que triplé depuis le début du XXIe siècle. En 2001, avec 4,5 % de part de marché dans le secteur de l’ameublement, Ikea n’était qu’en troisième position, loin derrière Conforama et But, qui dépassaient les 10 %. L’entreprise suédoise a rattrapé But en 2004, en atteignant ce seuil de 10 % de part de marché, puis a ravi à Conforama la position de leader du secteur dès 2008. L’entreprise espérait pourtant, en 2006, atteindre cette position à l’horizon…2015.

D’une stratégie gagnante à l’autre

Cette progression rapide pourrait s’expliquer par une stratégie gagnante…si Ikea n’avait pas changé radicalement d’orientation au cours des dernières années. Ce changement de trajectoire s’illustre notamment par la surface des nouveaux magasins Ikea au fil des années, loin de représenter une évolution linéaire.

Voir en taille réelle

Ainsi, après avoir ouvert des magasins d’environ 20 000 m², en moyenne, des années 1980 à la moitié des années 1990, Ikea a progressivement diminué la surface de ses nouvelles succursales, jusqu’à une moyenne de moins de 13 000 m² sur la période 2000–2004. Mais, depuis, le géant suédois de l’ameublement a revu à la hausse ses objectifs, une nouvelle stratégie symbolisée par l’ouverture, en 2015, du magasin de Bayonne, 25 000 m² alors que la densité de population de la zone reste limitée. Qu’ils soient petits ou grands, les magasins Ikea font, dès leur ouverture, un carton plein.

Ikea n’est pas aussi présente à l’Ouest qu’à l’Est

Cette ouverture dans le Pays basque répond au nouvel objectif d’Ikea en France : que le plus de personnes possible habitent à moins d’une heure d’un magasin aux couleurs jaune et bleu du géant suédois. Une étape logique : en 2008, Ikea était absent en Bretagne, en Normandie et dans la région qu’on appelle désormais Centre-Val de Loire. Aujourd’hui, l’entreprise d’ameublement n’est toujours pas présente de la même manière sur tout le territoire métropolitain. La firme reste bien plus développée dans l’Est que dans l’Ouest de la France. Sans compter, bien sûr, la région parisienne, qui compte sept magasins, et où un huitième point de vente est en projet, à Paris-même.

Voir en taille réelle

Avec 33 magasins, la France est aujourd’hui un élément essentiel de l’empire Ikea. Le marché français, en représentant près de 10 % du chiffre d’affaires de la firme suédoise, est l’un des moteurs du développement international d’Ikea. En nombre de magasins, la France est le troisième marché du géant de l’ameublement, derrière l’Allemagne et les États-Unis, et devant la Chine.

Voir en taille réelle

Mais, avec ces 33 points de vente, l’entreprise d’ameublement se rapproche de son potentiel maximal. Ces dernières années, plusieurs dirigeants d’Ikea ont estimé que le nombre de 40 magasins sur le territoire français représentait le seuil au-dessus duquel l’entreprise perdrait en rentabilité. Mais la firme voudrait atteindre ce nombre à l’horizon 2020. Alors, peut-être, le long montage d’Ikea en France touchera à sa fin.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone