Actualités, transport

Autoroutes européennes : la France toujours plus chère

Les autoroutes françaises, avec leur système à péage, figurent parmi les plus chères d’Europe. Certains pays membres de l’Union européenne ont opté pour la vignette annuelle, d’autres pour la gratuité.

La hausse annuelle des tarifs des péages français est appliquée depuis le jeudi 1er février. L’occasion de passer en revue les différents systèmes tarifaires du réseau autoroutier européen.

[infogram id=“972db228-c968-4db7-a6a3-46a7250e04d4” prefix=“vNz” format=“interactive” title=“Les tarifs des autoroutes en Europe”]

En France : des péages augmentés régulièrement

Les péages auraient du fortement baisser (voire disparaître) une fois les autoroutes construites et amorties. Pourtant, ils ne cessent d’augmenter le 1er février de chaque année.

https://twitter.com/afpfr/status/959042649821995010/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.francetvinfo.fr%2Feconomie%2Ftransports%2Fautoroutes-sept-questions-sur-la-nouvelle-hausse-des-tarifs-des-peages_2588906.html

Cette hausse régulière est le résultat des contrats de concession signés entre l’État et les sociétés d’autoroute. Les textes autorisent une hausse annuelle, calculée notamment en fonction de l’inflation au niveau national (jusqu’à 70% de la hausse peut être répercutée sur le ticket) et des travaux de construction et d’aménagement.

L’augmentation peut aussi couvrir un alourdissement de la fiscalité. 2018 est ainsi la troisième et dernière année où les automobilistes doivent compenser l’augmentation de la “redevance domaniale”, la somme versée à l’Etat pour l’occupation du domaine public (passée de 200 à 300 millions d’euros en 2013).

Depuis la privatisation de 2006, les sociétés autoroutières, même si elles sont encadrées par l’Etat, déterminent les tarifs, et les hausses varient donc selon les tronçons. Une augmentation de 1 à 2% s’appliquera ainsi sur les portions des trois grands réseaux (Vinci, Sanef, APRR). Mais la croissance pourra grimper à 3 ou 4% sur les réseaux secondaires (voir carte ci-dessous).

Six autres pays membres de l’Union européenne fonctionnent aussi avec un système de péages payants : l’Irlande, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Grèce et la Pologne.

En Suisse : une vignette annuelle à coller sur son pare-brise

L’achat d’une vignette à coller sur son pare-brise confère un accès illimité à l’ensemble des autoroutes du pays. En plus de la Suisse (où elle coûte 40 euros), sept pays de l’Union européenne la proposent : l’Autriche, la Hongrie, la Slovaquie, la Slovénie, la Bulgarie, la Roumanie et la République tchèque.

La palme du système de vignettes le plus cher revient à l’Autriche, avec un tarif fixé à 85 euros l’année. De plus, une somme supplémentaire allant de 5 à 25 euros s’ajoute pour utiliser certains tronçons d’autoroute. Suit de près la Hongrie, dont 70% du réseau autoroutier coûte 137 euros par an. Les 30% restants sont gratuits. Troisième vignette la plus chère d’Europe, la vignette slovène, coûte 110 euros par an.

À l’inverse, en Roumanie, l’accès complet et illimité aux autoroutes pendant un an ne coûte que 28 euros. La Bulgarie pratique des prix similaires, avec un coût maximal de 34 euros par an. Certains pays ont informatisé leur système de paiement par vignette et n’utilisent plus d’auto-collants.

En Allemagne : la presque gratuité

En Allemagne, un système de péages a été mis en place à l’automne dernier, avec des tarifs majorés pour les véhicules les plus polluants. Mais les Allemands, au contraire des étrangers, peuvent se faire rembourser leurs voyages sous forme de déductions fiscales. Avant les élections générales de septembre 2017, ils ne sortaient le porte-monnaie sur l’autoroute qu’en cas de pause pipi (70 centimes), ou s’ils conduisaient un poids lourd.

La gratuité des autoroutes est encore appliquée dans onze autres pays européens : le Danemark, la Belgique, Chypre, la Finlande, le Royaume-Uni, la Lettonie, la Lituanie, l’Estonie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suède.

Des exceptions sont observées sur certains tronçons ou ponts tunnels, dont l’utilisation requiert de passer par un péage. À titre d’exemple, emprunter le pont de l’Øresund, reliant la Suède au Danemark, coûte 43 euros côté suédois et 48 euros côté danois. En Belgique, le passage du le tunnel de Liefkenshoek dans la région d’Anvers coûte six euros.

À LIRE AUSSI : Sécurité routière, une Europe à plusieurs vitesses

Au Royaume-Uni, les autoroutes sont également gratuites mais quelques tronçons demeurent néanmoins payants. Ainsi, au nord de Birmingham, un tronçon de la M6 comporte un péage où 5,5 pounds (environ 6 euros) vous seront demandés.

La Lituanie a récemment instauré une taxe pour les véhicules de neuf sièges ou plus sous forme de vignette de 20 euros par jour, 60 euros par semaine, 150 euros par mois et 600 euros par an.