Actualités, JO, Sport

JO : pourquoi cette année, il faut (vraiment) regarder le Short Track

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone

Les 23e Jeux olympiques s’ouvrent aujourd’hui à Pyeongchang en Corée du sud, jusqu’au 25 février. 2 925 athlètes s’affronteront, avec en jeu 102 médailles d’or dans 15 disciplines. Difficile de regarder toutes les épreuves… Mais cette année, interdiction de manquer le Short Track : c’est le sport fétiche de la Corée du Sud.

C’est une forme de patinage de vitesse sur piste courte — un anneau de 111,12 mètres de circonférence. Dans ce sport, devenu discipline olympique en 1992, les athlètes concourent quatre à quatre et peuvent atteindre les 60 kilomètres heures, malgré des virages extrêmement serrés. On vous explique pourquoi le Short Track est devenu le sport-phare de la Corée du Sud.

  • Double révélation coréenne en février 1992

Lors des JO d’hiver d’Albertville, en France, la Corée du Sud a remporté deux médailles d’or en Short Track Dans le 1 000  mètres hommes, grâce à Kim Ki-hoon, superstar de son sport dans son pays. Et dans le relai 5 000  mètres hommes, avec Kim Ki-hoon parmis les quatre relayeurs. S’ajoute une médaille de bronze grâce à Lee Joon-ho, dans le 1 000 mètres hommes.

[xyz-ihs snippet=“JO”]

A ces mêmes JO, sa voisine, la Corée du Nord, brille elle aussi dans le Short Track. Hwang Ok-sil remporte le bronze au 500 mètres femmes. A ce jour, cette médaille est l’une des deux seules médailles olympiques de la Corée du Nord aux JO d’hiver.

  • Une tradition coréenne de l’or 

Depuis les JO de 1992, année d’introduction du Short Track comme sport olympique, la Corée du Sud a remporté 20 autres médailles d’or dans cette discipline — contre seulement cinq dans les autres sports olympiques d’hiver. A Turin, en 2006, elle repart  ainsi avec 10 médailles d’or en Short Track.

 Cliquez ici pour regarder la vidéo

  • Des entraîneurs coréens très convoités malgré les scandales

Suite au doublé de 1992, les entraîneurs coréens de Short Track ont progressivement été sollicités dans le monde entier pour former des athlètes de toutes nationalités. Preuve de cette influence : aux Etats-Unis, plusieurs clubs d’élite de Short Track tiennent des sites web en coréen, raconte le New York Times dans un article sur cette discipline. Par exemple, pour ces 23e JO d’hiver, les équipes de Grande-Bretagne, de Hongrie et de Singapour ont été formées par des entraîneurs coréens de Short Track.

L’attractivité demeure malgré les scandales dénonçant les méthodes trop violentes des entraîneurs coréens vis-à-vis de leurs athlètes nationaux. Dernier en date : Shim-suk Hee, coach de l’équipe féminine, accusé d’avoir frappé l’une de ses patineuses. Il a été suspendu par sa fédération début 2018 et ainsi privé de JO.

Les formateurs coréens sont aussi très demandés dans leur pays. Les champions olympiques reconvertis en formateurs facturent ainsi jusqu’à 30 000 dollars par an pour des tutorats privés aux enfants.

  • La Russie a même piqué une star à la Corée du Sud

Le Russe Victor Ahn, interdit de compétition par le Tribunal arbitral du sport (TAS), est à l’origine Coréen. Cette star du Short Track a été naturalisée par la Russie avant les JO d’hiver de Sotchi (2014). Cette année-là, il décroche 3 médailles d’or.

[xyz-ihs snippet=“JO2”]

  • Un timing (économique) parfait

Depuis 1992, le Short Track est devenu très populaire en Corée du Sud et de nombreuses infrastructures sportives modernes ont été spécialement construites.

Les médailles décrochées à Albertville ont beaucoup joué, en créant de la fierté et des attentes. Mais cet engouement coïncide aussi avec une grande prospérité économique : à cette période, les ménages ont davantage à dépenser dans les sports et loisirs. A l’époque, la hausse du PIB par habitant résulte de réformes économiques entreprises plus tôt, dès les années 1960. S’ajoute, quelques mois après les JO de 1992, l’élection de Kim Young-sam, premier président non issu de l’armée. Il met en oeuvre des plans anti-corruption et des réformes économiques pour favoriser les investissements étrangers et la concurrence.

  • Et si vous n’êtes toujours pas convaincus…

Regarder les épreuves de Short Track, c’est aussi l’occasion d’être le témoin de chutes spectaculaires.

[xyz-ihs snippet=“GIF-JO”]

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someone