Blessure de Neymar : la course contre la montre du PSG

Sorti sur civière lors du Clasico face à l’OM dimanche soir, Neymar s’est tordu la cheville. Avant le choc face au Real Madrid mardi prochain, le PSG va tout faire pour qu’il soit rétabli à temps.

La 77ème minute du Clasico dimanche soir entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille va hanter le club de la capitale pendant les neuf prochains jours. Jusqu’au match retour contre le Real Madrid mardi 6 mars en Ligue des Champions. Le Brésilien s’est tordu la cheville tout seul sur la pelouse du Parc des princes. De la gravité de l’entorse aux soins nécessaires à sa remise sur pied, le PSG est lancé dans une course contre-la-montre.

Avant toute chose, l’équipe médicale du champion de France en titre doit connaître la gravité de la blessure de Neymar. “Sur les images, on voit qu’il se fait une entorse latérale, au moins un des deux ligaments qui se trouvent sur le côté de la cheville a dû être touché”, explique Renaud Guiu, médecin du sport pour le Red Star, club de foot parisien de troisième division.

Les cris de douleur du Brésilien et le gonflement rapide de sa cheville qu’ont décrits certains de ses coéquipiers après le match ne sont pas de très bons signes. “Quand la cheville gonfle vite, ce n’est pas bénin, précise Renaud Guiu. Il y a deux possibilités pour une entorse : un ligament peut être plus ou moins distendu et abîmé ou alors rompu.”

L’importance des premiers jours

Un diagnostic sur l’état des ligaments de la cheville est établi à partir d’une échographie, voire d’une IRM. Si les premiers tests médicaux effectués dans la nuit de dimanche à lundi n’ont décelé ni d’entorse grave, ni de fracture, l’évolution de l’état physique de Neymar dans les premiers jours va être déterminante. “En plus des examens, il faut attendre deux-trois jours pour voir comment se sent le joueur”, selon le médecin du Red Star.

Neymar a posté une photo de son pied dans une attelle lundi sur Instagram

Pendant ce laps de temps, la physiothérapie et la cryothérapie sont utilisées pour faire dégonfler la cheville et atténuer la douleur. Ces méthodes consistent à appliquer du froid sur l’articulation. “Un tel joueur reçoit 6 à 7 heures de soins par jour dans ce type de situation”, souligne pour sa part Michel Le Faou, médecin du sport.

A partir du diagnostic et de l’évolution de la douleur chez le joueur, les médecins du club évaluent ensuite le délai de rétablissement. Il reprend progressivement des séances de vélo et de renforcement musculaire avant de retrouver ensuite le terrain de foot. Le délai d’indisponibilité peut varier de quelques jours à six semaines. “Dans le cas de joueurs ayant déjà eu des entorses, le rétablissement peut se faire très vite”, précise Renaud Guiu. Mais il ne faut pas griller les étapes : “Même dans le meilleur scénario, je ne le vois pas retrouver l’entraînement sur le terrain avant la semaine prochaine, c’est le strict minimum.”

La pression du choc contre le Real

Mais l’échéance de mardi contre le Real complique les choses. “Si le match de mardi n’était pas contre le Real, je suis sûr qu’il ne jouerait pas. S’il joue, il y a forcément un risque parce que la cicatrisation ligamentaire prend du temps. Le pire qu’il puisse arriver est l’aggravation de la blessure. ”

Si Neymar était en bien meilleur état la semaine prochaine sans être pleinement rétabli, les précautions à prendre pour le match seraient importantes. “S’ils le font jouer, il faudra le strapper avant le match, et le refaire à la mi-temps. Cela permet de limiter la mobilité de la cheville pour éviter une nouvelle entorse. Ils pourraient aussi lui faire prendre des anti-inflammatoires”, souligne Renaud Guiu.

Préserver sa pépite brésilienne à 222 millions d’euros ou la faire jouer au risque de plus gravement l’abîmer ? “Avec une telle pression, c’est difficile de prendre la bonne décision pour le joueur”, conclut le médecin du Red Star. Le dilemme qui se dresse devant le PSG a tout de cornélien.