Réforme de la SNCF : ce qu’il faut retenir des annonces d’Edouard Philippe

Le Premier ministre a annoncé les axes principaux de la réforme de la SNCF lundi 26 février.

Edouard Philippe a dévoilé ce lundi matin les pistes retenues dans le cadre de la réforme de la SNCF. “Je ne cherche l’affrontement avec personne”, a assuré le Premier ministre, évoquant une entreprise ferroviaire dans “une situation alarmante pour ne pas dire intenable”. Voici les points à retenir.

  • La fin du statut des cheminots pour les nouveaux embauchés

Le Premier ministre a annoncé comme prévu la fin du statut pour les nouveaux embauchés à la SNCF. Aussi appelé “cadre permanent”, le statut des cheminots donne des avantages à plus de 90% des effectifs de l’entreprise publique tels qu’une retraite anticipée, des congés supplémentaires et une garantie de l’emploi.

  • Le recours aux ordonnances

Edouard Philippe a confirmé la rumeur des derniers jours sur un recours aux ordonnances pour accélérer le vote de la réforme. Il souhaite que les principes clés soient validés au début de l’été et compte proposer une loi d’habilitation au Parlement à la mi‐mars.

Plusieurs voix du milieu syndical et dans l’opposition parlementaire s’élèvent déjà pour critiquer cette stratégie.

  • Pas de privatisation de la SNCF

Le Premier ministre a assuré que la privatisation du groupe n’était pas à l’ordre du jour et que l’Etat continuerait à assumer ses responsabilités en tant qu’actionnaire majoritaire.

  • Pas de suppression des “petites lignes”

Le gouvernement écarte la proposition du rapport Spinetta concernant la suppression de 9.000 kilomètres de lignes secondaires et rassure les élus locaux.