Salon de l’agriculture 2018 : les start‐ups révolutionnent l’agriculture

Plus de 20 start-ups sont présentes pour cette édition 2018 du Salon de l'Agriculture. Leur but : moderniser l'agriculture grâce au numérique.

L’agriculture 4.0 est à l’honneur pour cette nouvelle édition du Salon de l’Agriculture. Au fond du pavillon 4, plus d’une vingtaine de jeunes pousses sont représentées. Leur ambition : faire connaître leurs produits au grand public et aux agriculteurs. Tour d’horizon des trois start‐ups qui ont retenu notre attention.

François Fromaget, jeune fondateur d’Agrilend, est satisfait : “C’est la première année que nous nous rendons au Salon de l’Agriculture avec mon entreprise, et je ne le regrette pas !”. Avec Lionel Lasry et Cyril Temin, diplômés de grandes écoles de commerce, ils ont fondé il y a un an et demi Agrilend. L’entreprise est une plateforme de financement participatif, ou “crowdfunding”, dédiée aux projets agricoles. Toutes les filières seront représentées à terme.

Chaque particulier peut investir de 50 à 2000 euros pour financer un projet qu’il trouve prometteur. Au total, 60 000 euros ont déjà transité par la plateforme. “En général, les personnes qui investissent sur Agrilend valorisent les initiatives à proximité de leurs lieux d’habitations”, détaille François. Grande nouveauté de cette plateforme : les investissements se font sous forme de prêts. “Ainsi, le particulier qui investit pourra retrouver son argent, et être rémunéré !”, explique le jeune homme. L’équipe espère ainsi pouvoir rassembler des sommes plus importantes que sur une plateforme de “crowdfunding” traditionnelle, qui ne propose pas de prêts.

Un projet d’achat de matériel d’épandage a déjà pu être financé complètement grâce à Agrilend, à hauteur de 40 000 euros. Actuellement, une autre cagnotte est en cours pour financer une culture raisonnée de tomates anciennes. François espère que le Salon permettra à des particuliers d’investir dans les projets d’Agrilend, mais ce n’est pas tout : “On cherche aussi des agriculteurs qui souhaiteraient financer leurs initiatives via notre plateforme !”

Le stand du Comptoir Local met en avant ses produits frais fabriqués dans la région parisienne.

 

Se faire livrer des produits frais venant de la région parisienne ? C’est possible grâce à Le Comptoir Local, qui valorise les circuits courts de distribution. L’entreprise, créée en mai 2015 par Adrien Sicsic, permet aux Parisiens de se faire livrer des produits fabriqués à moins de 100 km de chez eux, contre en moyenne plus de 2 400 km actuellement.

C’est la troisième année que le stand est présent au Salon de l’Agriculture, et plusieurs dégustations sont au programme. Des jeux concours sont aussi proposés aux visiteurs pour avoir la chance de gagner un lot Le Comptoir Local.

Plus de 200 producteurs sont déjà inscrits sur cette plateforme. Des fruits, légumes, viandes et depuis peu, des poissons, sont proposés à la livraison. Leur ambition : élargir encore plus leur gamme de produits ! Le Comptoir Local propose même des cosmétiques produits en région Ile‐de‐France sur son site internet.

  • Les objets connectés avec Weenat
Weenat met en avant trois de ses capteurs connectés sur son stand.

Cette start‐up, créée en 2014 par Jérôme le Roy, propose de rendre l’agriculture de précision connectée accessible à tous les agriculteurs.

Concrètement, cela signifie que les “Weenats”, des capteurs connectés, sont plantés dans les parcelles d’un agriculteur. Ces capteurs permettent de faire remonter des données directement dans l’application mobile possédée par l’agriculteur. Il ne lui reste plus qu’à prendre les bonnes décisions grâce à un outil également développé par Weenat, et le tour est joué !

L’agriculteur peut ainsi avoir accès, en temps réel, à des données comme la pluviométrie, l’hydrométrie, la température ou l’humidité.

Le succès est tel qu’ils n’ont même pas besoin d’aller chercher les agriculteurs : ils viennent à eux. “Leur temps d’adaptation est assez court, puisqu’ils sont déjà habitués à vérifier par informatique tous les jours des données. Maintenant, c’est sur leur téléphone portable !”, expliquent deux jeunes étudiantes d’Agro Paris Tech, en stage chez Weenat.

Plusieurs autres concurrents développent le même outil, notamment sur des données météorologiques. La spécificité de Weenat est son outil d’aide à la décision : l’application conseille l’agriculteur, par exemple sur ses paramètres d’irrigation, afin qu’il puisse prendre rapidement des mesures pour améliorer ses cultures.