Valérie Boyer : «Entre Wauquiez et Juppé, il y a deux poids deux mesures»

Laurent Wauquiez, président des Républicains et de la région Auvergne-Rhône-Alpes, visite le Salon de l'agriculture pendant deux jours à partir de ce mardi 27 février. Pour Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône, il ne s’agit pas d’une tentative de reconquête, mais d'une vraie preuve d’intérêt pour le monde agricole.

Laurent Wauquiez a entamé ce mardi une longue visite de deux jours au Salon de l’agriculture. Il s’agit de son premier déplacement public depuis la diffusion de l’enregistrement de ses propos tenus dans une école de commerce contre ses opposants politiques. Alors qu’Alain Juppé vient de regretter ces “propos lamentables et d’une vulgarité extrême”, Valérie Boyer, députée LR des Bouches‐du‐Rhône et ancienne porte‐parole de François Fillon, prend la défense de Laurent Wauquiez.

Pourquoi Laurent Wauquiez a‐t‐il décidé de rester deux jours au Salon de l’agriculture, alors que les personnalités politiques n’y passent en général qu’une journée tout au plus ?

Laurent Wauquiez est très engagé dans la ruralité, de par le rôle qu’il occupe dans sa région Auvergne‐Rhône‐Alpes et son passé de maire du Puy‐en‐Velay (Haute‐Loire). La ruralité et le développement économique de l’agriculture sont des sujets qui lui sont très familiers, il ne fait pas semblant de s’intéresser à ce sujet pour détourner l’attention médiatique. Sa longue présence au Salon de l’agriculture, en plus d’être tout à fait naturelle pour son rôle politique, est coutumière. Chaque année on peut voir sa parka rouge déambuler dans les allées du salon, il ne faut pas chercher la polémique sur sa présence cette année.

Un récent sondage d’Odoxa révèle que 84 % des Français jugent Laurent Wauquiez éloigné des préoccupations du monde rural…  Comment son équipe vit‐elle le bain de foule dans ce contexte ?

Je ne pense pas que la situation actuelle de Laurent Wauquiez soit compliquée, notamment parce qu’il reste très populaire au sein de sa famille politique. Il était très populaire auprès des agriculteurs, et jusqu’à cet enregistrement polémique il montait dans les sondages. En se rendant au Salon, il y va pour s’exprimer au sujet de l’agriculture et de la ruralité : sur ces propos enregistrés à l’EM Lyon, il s’est déjà largement exprimé, il ne va pas s’exprimer tous les jours, il faut passer à autre chose.

La courbe de popularité du président Macron est également en baisse. Laurent Wauquiez peut‐il profiter de cette image négative de “président des riches” auprès des éleveurs?

Dans son parcours, Laurent Wauquiez ne s’est jamais positionné par rapport aux autres. Son projet, il l’a créé lui‐même, certainement pas en se laissant dicter par ses opposants, ni par les médias. Dès qu’il y a quelque chose à reprocher à un élu de la République, s’il est de droite, le traitement sera d’autant plus violent par les médias. Je l’affirme depuis longtemps et je continuerai de le redire. D’autant qu’ils ont cet amour du feuilletonnage qui me choque, alors que nous pourrions avancer sur la question des difficultés rurales.

Pourquoi la relation de Laurent Wauquiez avec les Français est‐elle si houleuse ?

Son naturel lui a apporté une grande popularité, mais son franc‐parler a parfois déplu. Je pense que c’est dû au traitement disproportionné de cette histoire par les médias. Je me permets de vous rappeler que lorsqu’Alain Juppé avait, au détour d’une conversation, insulté les Français dans l’émission de Franz‐Olivier Giesberg (en parlant de “ceux qui le trouvent très conventionnel”, Alain Juppé avait répondu : “Je les emmerde! Moi, je ne m’emmerde pas dans la vie. Alors s’ils se font chier avec moi, qu’ils aillent voir ailleurs, hein !”), personne n’avait bronché. Et ce alors qu’il avait bien insisté. On voit bien qu’il y a deux poids deux mesures.