Salon de l’Agriculture : Marine le Pen en opération reconquête

La présidente du Front National va arpenter toute la journée de mercredi les travées du salon de l'Agriculture. Elle peut compter sur un vote FN important dans les zones rurales.

Le 28 février 2017, Marine le Pen a passé une journée entière au salon de l’Agriculture avec le statut de présidentiable et de possible figurante du second tour de l’élection présidentielle de mai dernier. Un an plus tard jour pour jour, c’est en position affaiblie qu’elle revient toute une journée dans les travées de la porte de Versailles.

Après son débat “raté” -de son propre aveu‐ de l’entre-deux tours face à Emmanuel Macron, elle se retrouve confrontée au come‐back politique de sa nièce Marion Maréchal le Pen et à la sortie en librairie des “Mémoires” de son père Jean‐Marie le Pen, qui captent une grande partie de l’attention médiatique sur le Front National.

Accord de libre échange

La présidente du Front National, qui sera réélue lors du congrès du parti les 10 et 11 mars, bénéficie cependant d’un vote important dans les zones rurales, même si les agriculteurs continuent de lui préférer la droite traditionnelle. Lors d’une visite dans le Puy‐de‐Dôme le 4 février dernier, elle a évoqué “la désertification des campagnes” et promis d’investir “un euro dans la ruralité pour chaque euro investi dans les quartiers difficiles”.

Concernant les agriculteurs, Marine le Pen devrait de nouveau brocarder la Politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne (UE), qu’elle a souvent qualifié d’ ”échec absolu”. La présidente du Front National pourrait également profiter des négociations actuelles sur un accord de libre‐échange entre l’UE et des pays sud‐américains du Mercosur, qui inquiète les agriculteurs, pour redire son opposition à “la concurrence déloyale, et [aux] accords de libre‐échange”.