[Carte] Les quartiers concernés par la police de sécurité du quotidien

Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur se rendent ce vendredi matin au quartier "les Moulins" à Nice, l'une des trente zones qui seront dotées d'une "police de sécurité du quotidien" d'ici à janvier 2019.

Le Premier ministre Edouard Philippe se rend ce vendredi matin avec Gérard Collomb au quartier “Les Moulins”, à Nice (Alpes‐Maritimes) pour rencontrer des policiers. Cette zone fait partie des 30 quartiers concernés par la police de sécurité du quotidien. Le gouvernement ambitionne d’étendre le dispositif à 60 quartiers d’ici la fin du quinquennat.

La mise en place de la police de sécurité du quotidien s’accélère. Ces nouvelles unités de policiers ont été présentées par le ministre de l’intérieur Gérard Collomb le 8 février dernier. Quinze quartiers en zone urbaine bénéficieront du renfort de 15 à 30 policiers supplémentaires d’ici à septembre 2018 et quinze autres avant janvier 2019.

D’autres renforts en zone gendarmerie

Ces policiers supplémentaires ont notamment vocation à retisser du lien avec la population. Cette “police de sécurité du quotidien” rappelle ainsi la police de proximité, mise en place en 1998 par le gouvernement de Lionel Jospin et supprimée en 2003 par l’ancien ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. Elle avait été promise par Emmanuel Macron pendant la campagne électorale, à la suite de “l’affaire Théo”, du nom d’un jeune homme victime d’un viol présumé à la matraque par des policiers à Aulnay‐sous‐Bois (Seine‐Saint‐Denis), le 2 février 2017.

Le ministre de l’Intérieur a également annoncé que 20 départements seront dotés d’ici la fin de l’année 2018 d’une “unité de contact” composée d’une vingtaine de gendarmes. Comme pour la “police de sécurité du quotidien”, ces renforts ont notamment pour but d’assurer une plus grande proximité avec les habitants.

Carte des départements qui seront dotés d’une “unité de contact” de la gendarmerie d’ici fin 2018