Coupe de France : Les Herbiers — Chambly, une finale au bout du pied

Le duel entre Les Herbiers et Chambly en demi-finale de la Coupe de France garantit la présence d’une équipe de National en finale au Stade de France. Même si certains supporters auraient préféré affronter le PSG, l’opportunité est grande de marquer l’histoire de la compétition pour chacun des deux clubs.

Un club de National sera en finale de la Coupe de France. Voilà la conclusion du tirage au sort des demi-finales jeudi soir. Les Herbiers accueilleront donc le FC Chambly au stade de la Beaujoire à Nantes quand le Stade Malherbe de Caen recevra le Paris Saint-Germain les 17 et 18 avril prochains. Ce duel constitue une opportunité en or de jouer la finale au Stade de France.

« Nous sommes déjà surmotivés pour soutenir nos joueurs, explique Jordan Richou, fan des Herbiers en train de créer un club de supporters dans la ville. Ce tirage laisse une chance à notre équipe de rêver de finale. »

En demi-finale, les clubs de Ligue 1 sont moins abordables que dans les tours précédents. Lionel Large est aujourd’hui directeur sportif du FC Montceau Bourgogne dont il était l’entraîneur lors de sa demi-finale en 2007. Il se souvient de la différence de niveau à mesure que la compétition avançait. « Contrairement à Bordeaux que nous avons battu en huitièmes, Sochaux n’était pas venu jouer contre une équipe de CFA. Ils étaient là pour disputer une demi-finale de Coupe. Il y avait le Stade de France au bout. » Les Montcelliens avaient perdu contre Sochaux (2–0 après prolongations).

Le match entre Les Herbiers et Chambly a une garantie : un des deux « petits » jouera la finale. « C’est un bon moyen de mettre le National en lumière, précise Lionel Large. C’est selon moi le plus dur des championnats, le niveau est très relevé. Beaucoup de joueurs sont semi-professionnels mais s’entraînent à plein temps. »

Un club de National en finale met toute sa région sous les projecteurs. « Il y a une vraie effervescence, remarque Lionel Large. Les gens découvrent qu’il y a du foot partout. Je me souviens que beaucoup de gens pensaient que Montceau-les-Mines était dans le nord, alors que nous sommes en Bourgogne. »

Au départ, certains ne cachaient tout de même pas leur frustration de ne pas retrouver l’ogre parisien en demi-finale. « C’est vrai qu’on était tous un peu déçus après le tirage parce qu’on s’attendait à accueillir une grosse équipe pour cette demi-finale », continue Jordan Richou. Ce sont les duels contre les grosses cylindrées de la Ligue 1 qui rendent magique les parcours des clubs en-dessous de la Ligue 2.

« Un match contre le PSG, c’est une petite finale pour un club de National, souligne Lionel Large. Quitte à se faire éliminer, on aurait préféré que ce soit par l’OM. » L’Olympique de Marseille s’était défait de Nantes dans l’autre demi-finale.

La peur de l’élimination, une hantise qui biaise les envies des joueurs semi-professionnels ou amateurs pour le tirage. « On imagine toujours le pire scénario, celui de l’élimination, ajoute Lionel Large, donc je comprends qu’on puisse préférer se faire sortir par le PSG avec les honneurs que contre un club de National. On sait bien qu’une telle aventure ne va pas se renouveler tous les ans. »

Au-delà de la demi-finale, ce match aura une saveur particulière pour Les Herbiers et Chambly. Ils se sont déjà affrontés deux fois cette saison en championnat. Les Camblysiens ont gagné le deuxième match sur le score de 3–1. « Ce sera l’occasion de prendre notre revanche », conclut Jordan Richou.