Macron en visite à la prison de Fresnes

Emmanuel Macron se déplace ce vendredi à la prison de Fresne (Val-de-Marne). Le chef de l’État s'exprimera ensuite mardi prochain sur les grandes orientations de la future réforme de la Justice.

Plus d’un mois après le mouvement de grogne des surveillants pénitentiaires, qui ont manifesté pendant quinze jours afin d’obtenir de meilleures conditions de travail et de sécurité, Emmanuel Macron va se rendre ce vendredi après‐midi à la prison de Fresnes (Val‐de‐Marne).

Accompagné de la ministre de la Justice Nicole Belloubet, le chef de l’État “souhaite mieux appréhender toutes les problématiques du milieu carcéral”, selon l’Élysée. Plusieurs thématiques qui étaient au cœur des revendications des surveillants, comme la surpopulation carcérale ou la gestion des détenus radicalisés, devraient être abordées lors de cette visite. Des mesures pour renforcer la sécurité des surveillants ou accélérer les recrutements avaient été prises pour mettre fin à la mobilisation des surveillants en janvier dernier.

Surpopulation carcérale de 185%

Le centre pénitentiaire de Fresnes est l’une des prisons les plus surpeuplées de France. Avec 2601 prisonniers pour 1040 places, le taux d’occupation y est d’environ 185%. Le nombre de prisonniers en France a d’ailleurs augmenté de 0,8% sur un an et s’élève au 1er février 2018 à 69.596 personnes incarcérées, a annoncé jeudi 1er mars l’administration pénitentiaire.

Trois jours après cette visite à Fresnes, Emmanuel Macron dévoilera le mardi 6 mars prochain à Agen (Lot‐et‐Garonne) la future réforme pénale que la ministre de la Justice présentera en Conseil des ministres le 11 avril prochain. Le gouvernement souhaite notamment simplifier la procédure pénale et le chef de l’État a promis le 15 janvier dernier des garanties pour “assurer l’indépendance” des procureurs.