Migrants dans les Alpes : le chiffre invérifiable de Valérie Pécresse

La présidente de la région Ile-de-France a affirmé jeudi matin que 50 migrants traversaient chaque jour illégalement la frontière transalpine. Un chiffre plausible mais difficile à corroborer.

Les faits

Valérie Pécresse était catégorique au micro de Jean‐Jacques Bourdin sur RMC‐BFMTV, jeudi matin : « on a 50 migrants irréguliers par jour qui franchissent les Alpes aujourd’hui ». Malgré des recherches approfondies, impossible de retrouver la trace d’un tel chiffre. La présidente LR de la région Ile‐de‐France l’aurait-elle sorti de son chapeau ?

Dénombrement périlleux

La préfecture des Hautes‐Alpes s’est déclarée incapable de confirmer cette statistique. Selon l’administration publique, 310 interpellations ont été effectuées entre le 1erjanvier et le 18 avril 2018, soit un peu moins de trois par jour en moyenne. Seul hic : « Les migrants qui réussissent à traverser la frontière, par définition, ne sont pas interpelés donc on ne peut pas les comptabiliser », explique le service communication.

Ainsi, comment quantifier les personnes qui parviennent à passer illégalement de l’Italie à la France ? Le Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) de la région compte 115 places, tandis que le Centre d’accueil et d’orientation (CAO) en possède 60. Impossible pour ces structures de prendre en charge 50 personnes quotidiennement. Par ailleurs, certains immigrés en situation irrégulière ne se présentent devant aucune structure d’accueil, rendant le calcul encore plus compliqué.

Cinquante par an, par mois ou par jour ?

Valérie Pécresse se serait‐elle inspiré vaguement des propos tenus il y a quelques mois par le président du département ? Jean‐Marie Bernard affirmait en septembre dernier au Figaro que le flux de migrants avait explosé dans sa région :

« D’un rythme de cinquante mineurs étrangers par an, nous sommes rapidement montés à une prise en charge de cinquante mineurs par mois ».

Les immigrés mineurs sont obligatoirement recensés car la Protection de l’enfance relève d’une compétence départementale. Le conseil des Hautes‐Alpes a enregistré 600 arrivées de mineurs présumés au premier trimestre 2018, soit moins de sept par jour.

Le chiffre avancé par Valérie Pécresse n’est donc pas insensé mais parfaitement invérifiable. Contacté, son service de communication n’a pour l’heure pas pu préciser le fondement de cette statistique.

Illustration : Capture d’écran RMC‐BFMTV