L’Italie vers un gouvernement populiste?

En Italie, le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue seraient proches de conclure un accord de gouvernement, plus de deux mois après des élections qui n'avaient pas permis l'émergence d'une majorité au Parlement.

Après deux mois d’impasse politique, l’Italie pourrait voir émerger un nouveau gouvernement d’ici quelques jours. La semaine dernière, le président de la République transalpine, Sergio Mattarella, avait plaidé pour la constitution d’un gouvernement technique « neutre », avant de nouvelles élections.

Besoin de temps

Face à cette éventualité, les deux partis populistes, la Ligue et le Mouvement Cinq Etoiles (M5S), arrivés en tête des élections du 4 mars dernier, se sont donné une dernière chance pour trouver un accord et gouverner ensemble.

Matteo Salvini, le leader de la Ligue, et Luigi di Maio, celui du M5S, se sont rencontrés mercredi 9 mai. Suite à cet entretien, Matteo Salvini avait affirmé qu’il « ferait des annonces pour le gouvernement d’ici 24 heures ».

Mais ce lundi, le M5S a de nouveau sollicité “quelques jours” supplémentaires au président italien pour parvenir à un accord avec la Ligue. « Ces prochains jours seront fondamentaux », a déclaré Luigi di Maio au sortir d’un entretien avec le président Sergio Mattarella.

Salvini, Di Maio : deux jeunes chefs de parti

Âgé de 45 ans, Matteo Salvini prend la tête de la Ligue en 2013, alors que la formation politique de l’époque se fait encore appeler Ligue du Nord. Le parti se bat alors pour la sécession du Nord de la Botte, plus développé économiquement que le Sud. Rattrapé par un scandale financier, il n’obtient pas plus de 4% des voix aux élections de 2013.

Salvini redresse le parti en changeant de cap. La Ligue abandonne ses diatribes contre le Sud pour se focaliser sur la lutte contre l’immigration, adoptant une ligne xénophobe proche de celle de Marine le Pen en France. La venue de Salvini est annoncée aux côtés de la présidente du Front national dans un meeting des représentants de l’extrême-droite européenne le 1er mai dernier à Nice. Avant de faire faux-bond.

De son côté, Luigi di Maio, 31 ans, prend les rênes du Mouvement 5 Etoiles en 2017. Le parti antisystème, créé par l’humoriste Beppe Grillo, arrive en tête des élections avec 31% des voix, devant le premier parti d’Italie. Un score malgré tout insuffisant pour gouverner seul.

Berlusconi : point de blocage

Jusqu’à présent, les deux formations ont échoué à conclure un accord. Principal point de blocage : Silvio Berlusconi, avec qui la Ligue s’est alliée pour les élections. L’indéboulonnable chef du centre-droit italien, trois fois Premier ministre depuis 1994, se mue aujourd’hui en un allié encombrant pour Matteo Salvini. Le M5S refuse de traiter avec l’ancien chef de gouvernement. Mais d’après les médias transalpins les positions se seraient assouplies, ouvrant la voie à un accord de gouvernement. D’autant qu’un tribunal a suspendu l’interdiction d’exercer un mandat public à laquelle avait été condamné Berlusconi en 2013 dans une enquête pour fraude fiscale.

Photo d’illustration : Ettore Ferrari/ ANSA via AP