Raffarin lance son ONG pour la paix : une sortie médiatique mitigée

Invité lundi matin sur RTL, Jean-Pierre Raffarin a estimé que la France devait travailler davantage à agir en faveur de la paix. Décryptage des propos de l’ancien Premier ministre, qui vient de lancer son ONG Leaders pour la Paix.

L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a lancé le 3 mai dernier l’ONG Leaders pour la Paix, destinée à proposer de nouvelles solutions pour la prévention et le règlement des conflits internationaux. L’ONG publiera notamment un rapport annuel des crises émergentes, porté par un ensemble de 25 personnalités internationales. L’ex-secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon fera partie de cette équipe, également composée de plusieurs anciens Premiers ministres tels que l’Italien Enrico Letta et le Hongrois Peter Medgyessy.

Présent ce lundi au quai d’Orsay où il doit y rencontrer le Premier ministre Edouard Philippe, Jean-Pierre Raffarin a annoncé les premiers dossiers sur lesquels travaillera son ONG : la situation à la frontière tuniso-libyenne, la problématique du climat en Asie et le crime au Mexique. Invité ce matin sur RTL, l’ancien Premier ministre (2002–2005) de Jacques Chirac a estimé que son initiative répondait à un déficit national : « Notre boîte à outils diplomatique elle est usée, elle est fatiguée, il faut des idées nouvelles […] On a toutes les écoles de guerre qu’il faut, mais sur la paix, vous connaissez une école où on apprend la paix ? Il faut travailler la paix comme on a travaillé la guerre ». 

« Je ne connais pas un militaire qui préfère la guerre à la paix »

Jean-Jacques Roche, directeur de la formation au sein de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), n’est pas d’accord avec l’ancien Premier ministre. « Ces propos sont une aberration, je ne connais pas un militaire qui préfère la guerre à la paix ». Et explique que si la formation militaire a effectivement pour but premier de préparer à faire la guerre, les programmes et les mentalités changent : « Les écoles militaires cherchent de plus en plus à mettre la diplomatie au centre de la formation et de l’activité militaire ».

Cette sortie médiatique sur les ondes de RTL est avant tout, pour Jean-Jacques Roche, un coup de communication. « Jean-Pierre Raffarin défend son ONG. Mais il a l’air de dire qu’avant elle, rien n’a été satisfaisant. »

« C’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix »

Plusieurs associations s’activent pourtant depuis des années en faveur de la paix. Fondée il y a 20 ans, L’Ecole de la Paix de Grenoble agit à échelle locale et internationale. « On se rend dans des écoles et des quartiers de la ville, mais aussi à l’étranger », explique Richard Pétris, actuel président et fondateur historique de l’association, avant de donner quelques exemples. « En Tunisie, depuis le printemps arabe, on aide des personnes à effectuer des stages en ONG, mais on a aussi réalisé des actions de sensibilisation comme, par exemple, une exposition sur le thème de la tolérance et du respect de l’autre en Colombie. »

Richard Pétris, qui était au courant depuis plus d’un an du projet de l’ancien Premier ministre, se dit « très impressionné » par l’initiative de Jean-Pierre Raffarin. Et espère que Leaders pour la Paix saura véritablement sensibiliser l’opinion publique aux conflits actuels. En conclusion, le président de L’Ecole de la Paix cite un passage du préambule de l’Acte constitutif de l’UNESCO : « Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. »

Illustration : AP Photo/Damir Sagolj