Retour d’Ebola en RDC : les zones urbaines touchées

Le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), publié vendredi 18 mai 2018, fait état d’au moins 25 morts et 45 cas pour cette nouvelle flambée d’Ebola. Cette fois, elle touche la République démocratique du Congo.

Ebola frappe en ville. C’est à Mbandaka, une ville au nord‐ouest de la République démocratique du Congo, qu’un cas de fièvre hémorragique vient d’être découvert. Jusque‐là, le virus n’avait frappé que les zones rurales reculées du pays, le rendant plus facile à contenir.

Son arrivée en ville implique une propagation plus grande. C’est pourquoi l’OMS considère aujourd’hui que le risque d’épidémie est passé d’ « élevé » à « très élevé ». Située au bord du fleuve Congo, Mbandaka se retrouve au carrefour des flux de biens et de personnes dans le pays, notamment en direction de la capitale, Kinshasa. Neuf pays voisins ont été placés en « état d’alerte », spécifiquement la République du Congo, de l’autre côté de la rive.

Un vaccin expérimental

Pour éviter une « épidémie urbaine majeure », 4 000 lots de vaccins ont été envoyés à Kinshasa par l’OMS. Ce vaccin expérimental, créé il y a deux ans, n’a pas encore été testé à grande échelle et n’est toujours pas homologué. Un combat déséquilibré contre la maladie ? Pas sûr. Conçu par le laboratoire Merck, le V920 a fait ses preuves lors de tests limités en Afrique de l’Ouest en 2016. Selon les résultats publiés par The Lancet, 5 837 individus, dont 194 enfants, avaient reçu le vaccin. Si la moitié des patients a ressenti des effets secondaires, aucun n’a contracté le virus. Des résultats plus qu’encourageants alors que la campagne de vaccination devrait débuter la semaine prochaine en RDC. Mercredi 9 mai 2018, l’OMS avait en plus débloqué un million de dollars pour « stopper la propagation d’Ebola dans les provinces et les pays voisins ».

C’est la neuvième fois que la République démocratique du Congo est touchée par le virus Ebola. Ce dernier est apparu pour la première fois dans le pays et dans le monde en 1976, dans un village près de la rivière Ebola. Vingt ans plus tard, la région est de nouveau frappée par la maladie. C’est la flambée de fièvre hémorragique la plus meurtrière. Elle fait 254 morts. Le virus refait surface dans le pays en 2007, 2012 et 2014. En tout, la RDC a enregistré 799 décès à cause de la maladie. La barre des 800 a été franchie suite aux vingt‐cinq nouveaux morts signalés dans la province de l’Equateur, foyer de cette neuvième épidémie que le nouveau vaccin tentera d’endiguer. On dit que les chats ont neuf vies. Il faut espérer qu’il en soit de même pour Ebola.

Illustration : République démocratique du Congo, 13 mai 2018. Le virus d’Ebola frappe à nouveau la RDC et s’attaque aux zones urbaines. © Associated Press