Manifestation des fonctionnaires : échauffourées et interpellations à Paris

Des heurts ont à nouveau éclaté entre des forces de l’ordre et des individus cagoulés mardi 22 mai 2018, alors que la manifestation des fonctionnaires avait commencé dans le calme.  

De brèves échauffourées ont éclaté en marge de la manifestation des fonctionnaires à Paris entre des forces de l’ordre et quelques dizaines de manifestants encagoulés. Avant que le cortège n’atteigne la place de la Bastille ce mardi 22 mai 2018, des manifestants ont détruit un abribus et brisé les vitrines de deux magasins dans le XIIe arrondissement de la capitale.

Aux jets de projectiles, les CRS ont répliqué à coups de canons à eau et de gaz lacrymogène. Dix‐sept personnes ont été interpellées pour « participation à un groupement violent ». La manifestation, qui a réuni 16 400 personnes selon un décompte du cabinet Occurrence, a été momentanément interrompue. Bloquée par un cordon de sécurité, la marche a repris quelques minutes après les affrontements.

Une rare unité syndicale

La manifestation avait pourtant commencé dans le calme. Le cortège, parti à 14 heures de la place de la République, a rejoint la place de la Nation en fin d’après-midi. C’est la troisième journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

Postiers, enseignants, étudiants… La manifestation s’est déroulée dans une rare unité syndicale, qu’on n’avait plus vue depuis 2010. A l’appel de neuf syndicats (CGT, CFDT, FO, Unsa, FSU, Solidaires, CFTC, CFE‐CGC et Fédération autonome), plus de 130 rassemblements se sont tenus partout en France. Les syndicats ont lancé un appel commun contre « la mise à mal des missions publiques », « la dégradation des conditions de travail » et pour le pouvoir d’achat.

Pour vivre ou revivre la manifestation en temps réel, retrouvez notre Live‐Tweet.

Illustration : Paris, 22 mai 2018. Dix‐sept personnes ont été interpellées après des heurts en marge de la manifestation des fonctionnaires. © Mohamed‐Amin Kehel