La fin de Secret Story, les raisons de cet échec

L’arrêt de Secret Story met en lumière les écueils d’un incontournable de la téléréalité : un contenu plus assez trash et un renouvellement trop rapide des candidats .

Extinction de voix pour Secret Story. Le programme emblématique de téléréalité ne verra pas sa douzième saison diffusée à l’écran. L’animateur de l’émission, Christophe Beaugrand, a officialisé l’arrêt la semaine dernière dans une interview accordée à « pure média ». Chez Endemol Shine, la boite de production à l’origine du projet, on nuance : « Ce n’est pas totalement arrêté pour l’instant. On travaille toujours dessus et on est en contact avec la chaîne ». D’abord sur TF1, puis sur TMC, Secret Story, grand successeur du Loft Story, n’a pas cessé de voir ses audiences diminuer depuis sa première saison en 2007.

Candidats de téléralité, stars des réseaux sociaux

« On s’attache aux candidats de téléréalité comme dans des séries. On les suit de saisons en saisons. C’est très dur de s’attacher à des nouveaux candidats », explique Lou, étudiante de 22 ans et fan de téléréalité. Impossible avec Secret Story. À l’inverse d’autres émissions comme les Marseillais, les candidats ne participent qu’une seule fois et sont totalement inconnus du grand public. Difficile de suivre leur quotidien sur plusieurs années alors que le suivi des mêmes candidats est un moyen de fidéliser les téléspectateurs. « On connaît toutes leurs histoires, on se sent proche d’eux », confie Joséphine, 17 ans, consommatrice de ce genre de programme.

Ce phénomène s’est accentué avec l’importance grandissante des réseaux sociaux et surtout d’Instagram. Jessica Thivenin, qui participe aux Marseillais, est la candidate de téléréalité qui compte le plus d’abonnés avec 3,1 millions de personnes. « Sur les réseaux sociaux, je suis certains candidats pour ne rien ne rater de leur quotidien, même quand ils ne sont plus en tournage », raconte Joséphine. « Par exemple, il y a un couple de téléréalité, Manon Marsault et Julien Tanti, qui attendent un enfant, donc je les suis sur les réseaux sociaux », poursuit‐elle. Et Joséphine n’est pas la seule dans cette démarche. À eux deux, le couple cumule quatre millions d’abonnés sur Instagram. « Je ne vais pas suivre des candidats sur les réseaux si je sais que je ne vais pas les revoir ensuite à la télévision », souligne la lycéenne de 17 ans.

Secret Story, plus assez trash ?

« L’intérêt avec Secret Story tout comme avec Loft Story c’était de voir de l’amour à l’écran, du trash. Maintenant, il ne se passe plus grand chose, ça n’a donc plus d’intérêt », analyse Lou. Dans les premières saisons de Secret Story, il était possible de regarder des candidats nus sous les douches, avoir des relations sexuelles sous la couette ou se battre. Avec la volonté de la chaîne de faire un programme plus familial, ce n’est plus le cas depuis plusieurs années : une manière de rassurer des parents parfois déboussolés. « Moins de sexe et pas de trash », c’est d’ailleurs ce qu’avait promis Christophe Beaugrand en 2015.

« Quand on regarde des émissions comme Moundir et les apprentis aventuriers, les Marseillais, Les Anges de la téléréalité ou la Villa des cœurs brisés, on sait qu’on va avoir du trash et c’est ce qui nous attire », avoue Lou. En enchainant les programmes, les candidats de ces téléréalités deviennent des accoutumés du trash. Les mises en scène sont devenues des composantes essentielles de chaque téléréalité afin d’offrir toujours plus de séquences croustillantes aux spectateurs. Faire des petits jobs, essayer de devenir une star à l’étranger ou survivre sur une île déserte… Le contenu des émissions en lui‐même confronte les candidats dans des scènes inédites. Les histoires de cœur et d’amitié sont influencées par ces activités proposées, et donc par la production. Dans un épisode des Marseillais, deux candidats avaient par exemple pour job de passer une soirée avec des mannequins, ce qui consistait notamment à les embrasser. Contrairement à Secret Story, les Marseillais ont vu leurs audiences augmenter depuis la création du programme en 2012. Il est en de même pour d’autres émissions à la mode, comme la Villa des cœurs brisés ou Moundir et les apprentis aventuriers. Le trash à la télévision a toujours donc de beaux jours devant lui.

Crédit photo : Marion Huysman