La Papouasie‐Nouvelle‐Guinée suspend Facebook pour un mois

L'archipel océanique va interdire l'accès au réseau social pour un mois. L'objectif annoncé ? Purger le réseau pour mieux protéger les habitants.

La Papouasie‐Nouvelle‐Guinée se déconnecte de Facebook. Le ministre de la communication Sam Basil a annoncé ce mardi 29 mai la suspension de tous les comptes Facebook des habitants de l’État insulaire pour un mois, sans toutefois préciser la date du début de l’interdiction.

Au cours de son allocution, le ministre a justifié cette suspension par la volonté d’améliorer la protection des données personnelles des habitants. Les autorités ont également évoqué le récent scandale de Cambridge Analytica, qui s’est traduit par la vente de dizaines de millions de données personnelles à une société privée. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Facebook est suspendu par un État (cf. carte), l’impossibilité de contrôler les flux circulant sur le réseau social justifiant bien souvent sa mise au ban.

 

Pour consulter notre carte de façon interactive, cliquez sur: https://create.piktochart.com/output/30718716-new-piktochart

L’objectif annoncé par les autorités est double : mener des études sur l’utilisation du réseau social et “nettoyer” le réseau en identifiant les détenteurs de faux comptes, les consommateurs d’images pornographiques et les lanceurs de fausses informations.

Enfin, Sam Basil n’a pas écarté la possibilité de suspendre définitivement Facebook et de le remplacer par un réseau local, « plus propice à la communication entre les habitants de la Papouasie‐Nouvelle‐Guinée et avec l’étranger ».

Cette déconnexion pour un mois ne devrait toutefois pas avoir un gros impact sur le pays. En Papouasie‐Nouvelle‐Guinée, seuls 12% des habitants sont inscrits sur Facebook.