Retraite par points : une grande consultation citoyenne est lancée

Les Français pourront voter jusqu'en novembre au sujet du système par points, élément majeur du projet du gouvernement.

Une retraite par points. Jean‐Paul Delevoye, haut‐commissaire à la réforme des retraites, a annoncé dans Le Parisien ce jeudi matin le lancement d’une vaste consultation sur le système de retraites. Il se concertera avec les partenaires sociaux jusqu’en décembre, en parallèle d’une « participation citoyenne » des Français. Chacun pourra donner son avis sur la plateforme dédiée (https://participez.reforme-retraites.gouv.fr). Des ateliers seront aussi organisés en région jusqu’à fin octobre.

Ce système par points, similaire à celui déjà appliqué par les caisses de retraite complémentaires, est un élément central du projet de réforme voulu par le gouvernement. Un système « plus lisible, plus juste et adapté à la société de demain », assure Jean‐Paul Delevoye. Il assure que la mise en place d’un barème de points identique entre privé et public permettra d’uniformiser les pensions. « L’objectif est qu’à carrière identique, revenu identique, la retraite soit identique », explique ainsi Jean‐Paul Delevoye. A l’heure actuelle, à salaire égal, la différence des pensions entre public et privé peut s’élever à plusieurs centaines d’euros par mois.

En pratique, chaque euro cotisé permettra au travailleur de collecter des points. Une évolution qui réduit la symbolique de la retraite à 62 ans. « Dans un système à points, la notion de durée disparaît », explique Jean‐Paul Delevoye. Ce sera à chaque actif de décider si son nombre de points est suffisant ou non, et donc de partir à la retraite ou de continuer à travailler. « L’âge actuel de 62 ans devrait être conservé », assure néanmoins le haut‐commissaire à la réforme des retraites. Partir après 62 ans sera possible, mais pas avant.

Les Français auront le temps de s’habituer à cette réforme majeure du système de retraites. Le projet de loi sera présenté début 2019 et débattu par les parlementaires à l’été suivant. Et, si la loi passe, elle ne devrait être appliquée qu’à partir de 2025. Le temps, pour beaucoup de Français, de partir à la retraite.