Les Français boivent de moins en moins de lait

La boisson des enfants a perdu 4% de consommateurs entre 2016 et 2017, pour des raisons diverses.

C’est la journée internationale du lait. L’occasion pour les producteurs de redorer l’image de cet aliment. En effet, les Français en consomment de moins en moins : en moyenne 49 litres par personne par an en 2016 soit «16% de moins qu’en 1981», d’après Noëlle Paolo, responsable des études consommateurs au CNIEL, centre national interprofessionnel de l’économie laitière. Entre 2016 et 2017, 4% de la population a arrêté de boire du lait, d’après le Syndilait, l’organisation des fabricants de lait.  

En voici les principales raisons :

1‐ Le changement des habitudes alimentaires

Depuis quelques années, les Français boudent les petits‐déjeuners. «On saute de plus en plus ce repas, explique Noëlle Paolo. Comme le lait est majoritairement bu au petit déjeuner, sa consommation est en baisse». Plus d’une personne sur trois le saute, selon une étude du Credoc, Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie. Pour Noëlle Paolo, cette donnée sociologique est celle qui explique principalement la baisse de consommation.  

2‐ Le vieillissement des populations

Les enfants sont ceux qui boivent le plus de lait : 85% des 3–11 ans en consomment. C’est à l’âge adulte qu’ils abandonnent cette boisson. «Le peuple français est une population vieillissante, il y a donc un facteur démographique à prendre en compte», précise Noëlle Paolo. Plus de personnes âgées, moins de consommateurs de lait…

3‐ L’intolérance au lactose

Douleurs abdominales, ballonnement ou diarrhées, l’intolérance au lactose est provoquée par un déficit de lactase. Cette protéine facilite la digestion des produits laitiers. L’intolérance serait en augmentation et toucherait entre 50% et 60% de la population mondiale.

Et les vegans dans tout ça ? 

La communauté vegan, très présente notamment sur les réseaux sociaux, est souvent accusée à tort d’être à l’origine de la baisse de consommation. Ils ne boivent pas de lait, puisqu’ils excluent tout produit d’origine animale. Mais ils ne représentent qu’entre 0,5% et 2% de la population française. «Le veganisme touche les jeunes populations urbaines qui se posent des questions éthiques sur les modes de productions, mais ils sont très peu nombreux», détaille Noëlle Paolo.

Ces effets de mode se traduisent par l’apparition de nouveaux produits sur le marché. Lait sans lactose ou laits végétaux  :  les alternatives ne manquent pas.