Animaux sauvages dans les cirques : Saint-Etienne dit non

Tigres, ours, lions… La ville ne veut plus les voir se produire en spectacle. Lundi, la municipalité a opté pour un vote symbolique.

Non merci ! Les cirques avec animaux sauvages ne sont plus les bienvenus à Saint-Etienne dans la Loire. Le Conseil municipal a voté le 4 juin un voeu dans ce sens. La décision a été prise à l’unanimité, moins une abstention.

Le vote est surtout symbolique puisque ce voeu n’interdit pas aux cirques d’installer leurs chapiteaux dans la ville. La mairie voit surtout là un moyen d’interpeller la classe politique et d’encourager une évolution de la loi française. Ce voeu sera présenté aux députés de la Loire qui pourront, s’ils le souhaitent, le faire remonter au niveau national.

Pierrick Courbon, l’élu socialiste moteur de ce débat, souhaitait à l’origine la prise d’un arrêté. « Le maire (LR) s’est dit favorable sur le fond, dit-il, mais n’a pas souhaité agir par la voie d’un arrêté municipal au motif que certains communes ont été attaquées devant les tribunaux et que les textes ont été cassés. » En France, aucune législation ne traite de la présence d’animaux dans les cirques.

Saint-Etienne rejoint la liste des 101 communes, dont 24 de plus de 20 000 habitants, opposées aux cirques avec des animaux sauvages. Ces villes ont pris soit un arrêté, soit une délibération ou formulé un voeu. Certaines ont vu leur décision annulée par la préfecture ou le tribunal administratif. Dans d’autres villes, l’interdiction claire et nette de ces cirques tient toujours.

Par ici, pour accéder à la carte interactive !

A Bastia par exemple, la mairie a voté en octobre 2017 un arrêté prohibant les spectacles avec des numéros d’animaux sauvages. Pour prendre sa décision, la ville a organisé une consultation en ligne.

« Au-delà de la question de la qualité de traitement des animaux, c’est tout simplement la notion d’exploitation commerciale d’animaux devant vivre à l’état sauvage qui ressort comme un problème majeur. La notion “d’exemple donné aux enfants” revient également très régulièrement, amenant les répondants à dire qu’ils fuient désormais les cirques avec animaux sauvages pour ne pas montrer cela à leurs enfants. Globalement, 90 % des répondants sont contre l’accueil de cirques avec numéros d’animaux sauvages. »

Pour Pierrick Courbon, peu importe la forme que prend cette opposition à Saint-Etienne. Il salue l’engouement global du conseil municipal. « On va continuer de sensibiliser les parlementaires à ce sujet. Cela devient un sujet de société, la France sera amenée à légiférer là-dessus tôt ou tard. »

En mars 2018, le Royaume-uni a annoncé l’interdiction nationale des cirques avec animaux sauvages d’ici 2020. Mais d’autres pays dans le monde, 42 dont 22 européens, ont déjà adopté une politique de restriction totale ou partielle. En Inde, en Italie, en Belgique ou en Autriche, les cirques en question ne peuvent plus se produire.

Voir aussi  : « Faut-il interdire les animaux dans les cirques ? » Une question traitée dans le Magazine de la santé.