Ligue des champions : le groupe de tous les possibles pour le PSG

Troisième de sa poule de Ligue des champions, le club de la capitale peut toujours croire à la qualification pour les phases finales. Et les statistiques entretiennent les espoirs parisiens.

Le « groupe de la mort » porte bien son nom. Au bout de la 2e journée de Ligue des champions, difficile de dire qui sortira vainqueur de la poule C. Après sa victoire ce mercredi contre l’Etoile Rouge Belgrade (6–1), le Paris Saint-Germain se retrouve troisième derrière Liverpool, mais à égalité de points. Les Napolitains occupent, eux, la tête du groupe grâce à leur victoire sur les Anglais durant la même soirée. Des cas de figures identiques à ce moment de la compétition se sont déjà produits durant les années 2000. Et le troisième n’est pas toujours le grand perdant.

Depuis la saison 2000–2001, seize groupes ont donné lieu, après deux rencontres, au même scénario que celui du PSG : une équipe en tête avec quatre points, deux poursuivants avec trois points et un dernier avec un point. Sept fois sur seize, le troisième est parvenu à se qualifier. S’il veut encore plus se rassurer, le Paris Saint-Germain peut se dire que dans un quart des cas, le troisième a même fini en tête du groupe. L’Olympique lyonnais, Manchester United et Chelsea ont réussi cette performance lors de la saison 2003–2004, avant d’être imités par l’AS Monaco l’année suivante.

Naples premier, Belgrade condamné ?

 Incapables de se départager lors de la première journée, les Italiens et les Serbes sont à nouveau unis par les statistiques. 10 sur 16. Les Italiens ont autant de chances de rester premiers que les Serbes de porter le bonnet d’âne en fin d’année. Que les Napolitains se méfient tout de même : leurs voisins de la Lazio Rome avaient engrangé quatre points eux aussi en 2003 pour finir…derniers quelques semaines plus tard. Cette année-là, les Glasgow Rangers avaient connu la même mésaventure.

Du côté de Belgrade, rien ne sert de baisser les bras. Au début des années 2000, Arsenal puis le Sparta Prague, bons derniers, étaient parvenus à arracher une deuxième place qualificative. Plus récemment, en 2015, la Roma s’était rattrapée pour finir derrière le FC Barcelone, leader incontestable du groupe. En revanche, si les Serbes veulent terminer premiers du groupe C, ils sont condamnés à l’exploit. Aucune équipe n’a réussi une telle remontée au classement sur les 18 dernières années. Mais quand statistiques, remontée et PSG se mêlent, il ne faut pas parler trop vite.