Redoine Faïd : A détenu exceptionnel, prison exceptionnelle ?

Redoine Faïd a été transféré ce jeudi matin dans la maison centrale de Vendin-le-Vieil. C’est une des prisons les plus sécurisées de France.

 

Terminées les sorties de prison à l’explosif avec prise d’otage ?  Finies les fuites en hélicoptère ? Deux évasions spectaculaires et trois mois de cavale plus tard, Redoine Faïd a finalement été interpellé ce mercredi 3 octobre . C’est désormais dans la maison centrale de Vendin-le-Vieil qu’il purgera sa peine.  Cette prison  située près de Lens dans le Pas-de-Calais, est une des plus sécurisées de France.

 

Une prison ultra-sécurisée

C’est une prison complètement adaptée à son profil”, assure Jérôme Massip, secrétaire général du Syndicat pénitentiaire des surveillants. Ouverte depuis seulement quatre ans, son architecture a été pensée pour empêcher toute tentative d’évasion. “Elle est divisée en quartiers complètement hermétiques, et est dotée d’importants dispositifs de sécurité à la fois matériel, et humain”, décrit Wilfried Foulck, surveillant pénitentiaire et secrétaire nationale UFA-UNSa Justice.  Plusieurs miradors, filets anti-hélicoptères, des caméras plus nombreuses mais aussi un taux de personnel par détenu plus important … Rien n’est laissé au hasard. L’objectif ? Être en capacité d’accueillir des détenus aux profils difficiles condamnés à de longues peines, comme Salah Abdeslam, qui y a séjourné pendant son procès à Bruxelles. Mais aussi des les isoler.

Pendant quatre mois, renouvelables plusieurs fois, Redoine Faïd sera confiné loin des autres prisonniers. “C’est une mesure qui peut paraître exceptionnelle pour l’opinion publique mais qui est en réalité assez habituelle pour ce type de personne”, précise Julien Martin, secrétaire inter-régional FO Pénitentiaire. Mise à part les trois à quatre gardiens, spécialement formés, qui l’accompagneront à chacun de ses déplacements menotté, le “roi de la belle” ne pourra croiser personne. Toutes les portes des cellules seront verrouillées, et les espaces de promenade ou salles de sport inoccupées. “Il faut comprendre que Faïd a une aura très élevée au sein de la population carcérale,  atteste Wilfried Foulck. La voyoucratie le respecte pour ses faits d’armes et ses évasions réussies, il pourrait demander n’importe quoi à n’importe qui en prison, il l’obtiendrait”.

 

Difficultés du cadre juridique  

Mais alors pourquoi avoir attendu qu’il s’évade une deuxième fois avant de le placer dans un établissement sécurisé à sa mesure ? Pour pouvoir incarcérer le braqueur récidiviste à Vendin-le-Vieil, une dérogation exceptionnelle était nécessaire. “Il a peut-être été condamné à une peine de prison en première instance mais des procédures d’appel couraient toujours, c’est la raison pour laquelle il était en centre de détention à Réau et pas en maison centrale plus protégée”, explique Wilfried Foulck. Même si tous les syndicats de surveillants conviennent qu’une évasion de Vendin serait hautement improbable, Redoine Faïd ne pourra pas être isolé indéfiniment. Pour pouvoir être renouveler cette mesure, les forces de l’ordre sont légalement obligées d’apporter une preuve factuelle du danger représenté par le détenu :  “Après une certaine période de mise à l’écart, comment pourrait-on prouver qu’il cherche encore à se faire la malle?”, insiste Wilfried Foulck. Pour son syndicat l’UFA-UNSa Justice, la solution serait de créer des établissements plus adaptés aux profils pénaux et carcéraux des détenus. “Il faut mettre plus de moyen dans les prisons abritant les détenus les plus dangereux pour qu’il ne soit pas forcément nécessaire de les isoler”.