France — Allemagne : une rencontre tactique

Ce soir au stade de France à 20h45, s'affrontent les deux dernières nations championnes du monde de football. La France, sacrée cette année, et l’Allemagne, vainqueur en 2014, s’opposent dans un match décisif pour l’avenir du premier groupe de la Ligue des nations. 

Après le 0–0 au match aller à Munich le 6 septembre, la France et l’Allemagne se rencontrent à nouveau, dans deux situations radicalement différentes. L’équipe de Didier Deschamps a l’occasion de consolider sa première place dans le groupe 1 devant les Pays‐Bas, alors que la Mannschaft doit impérativement s’imposer pour maintenir ses chances de qualification pour la phase finale de la Ligue des nations.

Hier, en conférence de presse, Joachim Löw a averti : « Nous jouerons de manière audacieuse ». Ses joueurs vont prendre d’assaut la surface de réparation d’Hugo Lloris, en tentant de conserver le ballon, et en se méfiant des contres français. C’est justement sur ce type d’action que la sélection allemande a montré des fragilités lors de sa défaite face aux Pays‐Bas (3–0). Niko Shulz, qui pourrait remplacer Jonas Hector en tant que latéral gauche, aura donc fort à faire pour endiguer les potentielles percées de Kylian Mbappé. D’autant plus que la charnière allemande sera privée de l’expérience de Jérôme Boateng, blessé au mollet.

Composition probable

La bataille du milieu de terrain sera décisive pour que les Bleus puissent lancer ces fameuses phases de contres. Si les Allemands parviennent à échapper au pressing français et montrent de l’agressivité, la situation pourrait se compliquer pour les Français. N’Golo Kanté et Paul Pogba devront gêner la circulation de balle adverse et se méfier de la qualité de passe de Toni Kroos. Ils seront épaulés à la relance et à la récupération par Blaise Matuidi sur le côté gauche et par Antoine Griezmann, dans l’axe. Le rôle de pivot d’Olivier Giroud sera également intéressant pour combiner dans les petits espaces et surprendre la défense allemande.

Lors de ses phases de possession, la Mannschaft cherchera à étirer le bloc français. Lucas Hernandez et Benjamin Pavard auront donc des situations délicates à gérer. Mais les doutes demeurent sur le joueur de Stuggart. Il avait déjà montré quelques difficultés en situation de un contre un dans son couloir. Les latéraux feront certainement face au feu follet Leroy Sané, à gauche, et au jeune Serge Gnabry, à droite. La capacité des Bleus à défendre de façon resserrée, sera mise à rude épreuve. Aligné pour l’occasion, Presnel Kimpembe, devra monter plus de concentration et de sérieux que lors du match contre l’Islande, jeudi dernier. Ses erreurs avaient été à l’origine des deux buts adverses. Avec Varane, ils devront éviter de se laisser piéger par la technique de Timo Werner, pressenti comme avant‐centre.

France‐Allemagne, les meilleurs ennemis

En football, une rencontre France — Allemagne n’est jamais anodine. En 1982, la demi‐finale de Coupe du monde à Séville, avait laissé un terrible sentiment d’injustice aux français. L’égalisation de la Mannschaft, menée 3–1, la défaite aux tirs au but et surtout un Patrick Battiston inconscient, tombé face contre terre, après le choc avec Harald Schumacher avaient marqué toute une génération. Pour les plus jeunes, le quart de finale de Coupe du monde en 2014 et les automatismes de Manuel Neuer ont fait naitre une certaine frustration, compensée deux ans plus tard à l’Euro 2016, lors d’une victoire aux airs de revanche. Tristement célèbre, le match amical du 13 novembre 2015 au Stade de France, ciblé par des attentats terroristes fut la dernière rencontre entre les deux équipes. Le match de ce soir est donc un nouvel épisode de la série où s’oppose la France et l’Allemagne. Reste à espérer que les Bleus s’imposent et affirment définitivement leur statut de meilleure équipe du monde.

Crédit photo : www.kremlin.ru — flickr