Seleção et Albiceleste, sœurs ennemies

Le Brésil affronte ce mardi soir l'Argentine, à l'occasion d'un match amical en Arabie Saoudite à 19 h 00  (20 h 00, heure locale). Retour sur la rivalité historique de deux sélections voisines, la Seleção et l’Albiceleste. 

« Nous parlons d’un match entre le Brésil et l’Argentine, il faut respecter les deux équipes car il y a beaucoup de joueurs de qualité » affirmait Neymar le 15 octobre 2018, illustrant ainsi l’importance que revêt une confrontation entre le Brésil et l’Argentine, même lorsqu’elle est « amicale ». Cette rencontre réunit deux des plus grandes nations du football. La Seleção brésilienne, auréolée de cinq titres mondiaux acquis en 1958, 1962, 1970, 1994 et 2002 et de huit Copa América, est unanimement reconnue comme la meilleure équipe nationale de l’histoire du football. Des joueurs tels que Zico, Sócrates, Cafu ou Ronaldo — une liste (très) loin d’être exhaustive — sont devenus des icônes, symboles d’un football chantant qui élève le dribble au rang d’art. De son côté, l’Albiceleste n’est pas en reste avec ses deux coupes du monde remportées en 1978 et en 1986 et ses quatorze titres en Copa América. Une équipe redoutable, composée d’un savant mélange de talent et de rigueur, incarnée par Verón, Saviola, Zanetti, Crespo,…

Le « Roi » contre le « Gamin en or »

Les rivalités entre l’Argentine et le Brésil se cristallisent dans l’opposition de leurs vedettes. Pelé et Maradona sont considérés comme les deux meilleurs joueurs de l’histoire et chaque pays défend avec âpreté la supériorité de son champion. Le « Roi » contre le « Gamin en or ». Le record de trois coupes du monde gagnées par le Brésilien, celui du « but du siècle » marqué en 1986 lors d’un quart de finale contre l’Angleterre pour l’Argentin. Cette opposition se retrouve aujourd’hui entre Messi et Neymar qui paraît inopportune tant la Pulga argentine se détache des autres joueurs de son temps. La confrontation des prodiges n’aura cependant pas lieu ce soir en absence du meneur de jeu argentin.

Pourtant la simple évocation d’un match Argentine‐Brésil éveille une aura particulière. Même si cette 105e rencontre (40 victoires brésiliennes contre 38 argentines) se déroule en Arabie Saoudite, même avec quelques absents de marque, même si aucune des deux équipes n’a pu se hisser dans le dernier carré mondial cet été. Selon Pablo Alabarces, sociologue argentin qui cite ses amis brésiliens, « les Brésiliens adorent détester les Argentins et les Argentins détestent aimer les Brésiliens. » Bien que les caractéristiques particulières de ces deux sélections — le joga bonito contre la rigueur et l’abnégation — se soient estompées, les « Brésil‐Argentine » ou « Argentine‐Brésil » demeurent parmi les plus belles oppositions de l’histoire du football sud‐américain.

Crédit photo : Ricardo Alfieri — El Gráfico #3106