Pascal Donadieu : « Tenerife aurait de toute façon fait la différence »

Nanterre s’est inclinée (58-75) face à Tenerife en phase de poule de la Ligue des champions de basket mercredi soir. Après deux défaites en deux matchs, l’entraîneur Pascal Donadieu se tourne déjà vers le championnat national.

Nanterre a subi le jeu de Tenerife avant de revenir à 9 points de son adversaire en troisième période. Votre équipe s’est-elle réveillée trop tard ? 

Même si nous avons en partie rattrapé notre retard en défendant avec plus d’intensité au troisième quart-temps, il n’y avait pas photo entre les deux équipes. Il y a deux classes d’écart entre Nanterre et Tenerife au niveau européen. Tenerife aurait de toute façon fait la différence : au-delà d’être de bons basketteurs, ils défendent avec rugosité, ce qui leur permet de s’imposer dès le début du match. 

Quelles leçons tirez-vous du match de ce soir ?

J’ai vu de mauvaises choses mais aussi de très bonnes. Malheureusement, nous avions deux blessés, Demetrius — qui n’a pas joué depuis juin — et Senglin, excellent joueur pendant les matchs de préparation. Il y a aussi un manque de séances collectives. C’est encore la reprise et nous ne sommes pas tout à fait en place. Nous devons encore progresser, défendre plus intensément et travailler les placements en phase offensive. 

Comment envisagez vous la suite de la compétition ? 

Je suis un compétiteur dans l’âme, je dois me faire violence pour rester lucide. L’objectif principal, c’est la Jeep Élite (championnat national, ndlr). La Ligue des champions de basket est une compétition longue, avec des déplacements en Europe. Jouer deux matchs par semaine est très exigeant donc la Ligue des champions sert d’entraînement car il est impossible de faire jouer les titulaires dans les deux tableaux.