« 80 millions d’euros » pour les sinistrés de l’Aude

En visite dans l’Aude, une semaine après les inondations dévastatrices, Emmanuel Macron a annoncé un fond de 80 millions d’euros à l’attention des sinistrés. Associations et assureurs s’activent de leur côté pour accompagner les victimes dans leurs démarches.

Le 18 octobre, un arrêté exceptionnel de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle a été publié au Journal Officiel concernant 126 communes du département de l’Aude. Dès lors, les autorités locales comme nationales, les assureurs et les associations ont entamé des démarches pour que les sinistrés accèdent au plus vite à des financements d’urgence.

Au total, 16 000 sinistres ont été déclarés auprès des assureurs. Le montant des dégâts est estimé à « 200 millions d’euros » par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

  • Dispositif national

 Aide de l’État – Lundi 22 octobre, en déplacement dans plusieurs communes sinistrées du département, le chef de l’État a annoncé un fond « d’au moins 80 millions d’euros ».

Ces déclarations font suite à celles du nouveau ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui avait annoncé la semaine dernière « un fond de secours d’extrême urgence » – comme cela avait été le cas pour l’ouragan Irma en septembre 2017 – de l’ordre de 300 euros par adulte et 100 euros par enfant. Ces financements doivent permettre aux personnes les plus touchées de faire face à des dépenses de première nécessité, comme acheter de la nourriture, des vêtements ou encore payer un hébergement d’urgence.

Pour pouvoir bénéficier de ces aides, les maires des communes doivent transmettre les demandes des sinistrés à la Préfecture qui se charge de les valider.

Toutes les informations sont à retrouver ici

Aide régionale et départementale – Le département de l’Aude a lui aussi débloqué une aide de 200 euros par adulte et 100 euros par enfant pour les personnes ayant des besoins de première nécessité (qui vient compléter celles de l’État annoncées par Christophe Castaner).

Lundi 22 octobre, le conseil départemental a voté une première enveloppe de 37 millions d’euros pour la reconstruction des infrastructures, notamment les routes et les ponts. Face à l’ampleur des dommages, la Région Occitanie prête elle aussi main forte au département avec une aide de 25 millions d’euros.

Ces aides étatiques ne remplacent pas la prise en charge des dommages par les assurances, mais peuvent permettre aux sinistrés de faire face à des dépenses urgentes.

  • Fonctionnement des assureurs

Logements après logements, commerces après commerces, les assureurs commencent à expertiser l’ampleur des dégâts causés par les inondations pour amorcer les remboursements. « En fonction des besoins des sinistrés, des acomptes vont d’ores et déjà être versés », assure Michel Trouillet, directeur technique national d’Eurexo – société d’expert en assurance. « Ensuite, nous avons trois mois, à compter de la publication de l’arrêté au Journal Officiel de l’État de catastrophe naturelle, pour indemniser tous les assurés », poursuit-il.

Des antennes mobiles d’assureurs ont été déployées dans le département pour accompagner les sinistrés dans leurs déclarations ainsi qu’opérer un soutien psychologique. « C’est-à-dire que nous les aidons à réunir tous les documents dont ils ont besoin pour effectuer leurs déclarations. Les situations varient si la personne est locataire ou propriétaire, ou bien si elle tient un commerce », souligne Michel Trouillet.

  • La Croix-Rouge a lancé un appel aux dons

Jean-Jacques Eledjam, président de la Croix Rouge française, a annoncé lundi 22 octobre sur Franceinfo avoir récolté « moins de 100 000 euros ». Insuffisant selon lui, mais « il y aussi des dons en nature qui sont arrivés de la France entière de façon relativement importante », a‑t-il ajouté.

La Croix-Rouge a levé son dispositif d’urgence et annonce entrer dans une aide de « post-urgence et de durée », a précisé Jean-Jacques Eledjam.