Donald Trump a‐t‐il trouvé son rival ?

Comparé à Barack Obama, le démocrate Beto O’Rourke crée un engouement sans précédent lors des élections de mi‐mandat au Texas. Il talonne dans les sondages l’actuel sénateur républicain Ted Cruz, un exploit dans un État tenu par les républicains depuis plus de quarante ans.

Un nouvel Obama ? Tel est le pari lancé par les grands médias américains, à commencer par le Washington Post. En course pour le poste de sénateur, Beto O’Rourke jouit d’une ferveur inattendue au Texas, l’un des États les plus conservateurs des Etats‐Unis.

Un espoir pour les démocrates

Jeune, charismatique, progressiste, Beto O’Rourke apparaît comme la nouvelle figure montante de son parti, meurtri par les défaites électorales des deux dernières années.

Légalisation du cannabis, sécurité sociale universelle, environnement, droit à l’avortement ; le candidat au Sénat n’a pas peur d’afficher ses opinions progressistes, malgré la majorité conservatrice qui gouverne au Texas depuis plusieurs décennies.

Avec fougue et détermination, le démocrate galvanise les foules comme lors de son meeting à Austin organisé fin septembre : avec 55 000 spectateurs, ce rassemblement est l’un des plus grand show politique depuis l’élection de Trump. Le candidat a également réussi l’exploit de réunir plus de 62 millions de dollars de dons venant de particuliers, un record historique pour une telle élection.

Aussi cool que Barack Obama

Avec son air à la Bobby Kennedy, le père de famille de 46 ans veut apparaître comme le candidat idéal. Ancien guitariste punk, Beto O’Rourke souhaite toucher les “millenials”, les jeunes nés dans les années 2000, qui pourraient représenter une base électorale future.

Beto O’Rourke (à gauche) pose avec les membres de son groupe Foss.

Comme son icône Barack Obama, le candidat démocrate mise sur les réseaux sociaux : sa campagne est retransmise sur Facebook Live, et il n’hésite pas à se donner une image de “mec cool” dans ses vidéos, notamment dans cette séquence de slalom en skateboard qui a fait le tour des réseaux sociaux.

Trump contre‐attaque

Signe de l’inquiétude du camp républicain, le président Trump s’est rendu en personne à Houston lundi pour soutenir Ted Cruz. L’actuel sénateur du Texas, monument du parti républicain, avait pourtant été son ultime rival lors des primaires de l’élections présidentielles de 2016.

Donald Trump n’a pas non plus lésiné sur les tweets pour dénigrer Beto O’Rourke. Ce dernier pourrait, si son succès se confirme, devenir l’opposant n°1 à Trump pour la présidentielle de 2020. La situation apparaît d’autant plus préoccupante pour le président américain que le Texas compte plus de deux millions d’habitants. Perdre cet État serait désastreux tant politiquement que symboliquement.

Trad : “Beto O’Rourke est un véritable poids plume par rapport à Ted Cruz, il vient de nul part et prétend incarner les valeurs et les volontés du peuple du grand État du Texas. Nous ne lui permettrons pas de changer le Texas en Vénézuela !”

Quant à O’Rourke, il semble n’avoir rien à perdre dans cette course pour le Sénat. Grâce à son succès médiatique, il s’assure une aura politique essentielle pour une possible investiture démocrate en 2020. Pour le moment ce nouveau “anti‐Trump” a écarté un tel scénario, préférant se consacrer pleinement aux élections du 6 novembre.

 

Lola Marotte