Green Friday, l’anti-Black Friday

Au lieu de promouvoir à tout va comme leurs concurrentes, certaines entreprises proposeront vendredi de donner une partie de leur chiffre d’affaires à une association de lutte contre l'obsolescence programmée.

Le Black Friday c’est 5 milliards d’euros dépensés en une journée. Vendredi 23 novembre, les commerçants pourront en effet casser les prix  jusqu’à moins 60%. Importé des Etats‐Unis dans les années 2010, le Black Friday est devenu au fil des années un rendez‐vous très attendu en France, à l’approche de Noël. Mais pour le réseau d’entreprises Envie, qui milite pour une “consommation responsable et citoyenne”, le Black Friday est l’incarnation du mal à combattre. Ce même vendredi donc, aucune des entreprises participantes à ce réseau ne proposera de réductions sur ses produits. Au contraire, 15% du chiffre d’affaires de ce Green Friday sera reversé à l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP). Objectif : dénoncer les achats compulsifs qu’entraîneraient ces promotions.

Apprendre les bons gestes

Pour cette deuxième édition, la Ville de Paris soutient le mouvement et de nombreuses entreprises sont partenaires. C’est le cas d’Altermundi : “On voulait montrer que le Black Friday était un événement qui n’avait pas de sens”. Pour la chaîne de vêtements et de décorations, l’important est le don des 15% à l’association. “C’est un pied de nez aux réductions proposés ailleurs, pour montrer qu’on peut faire autre chose avec les pourcentages”, ironise la chaîne. A ceux qui verraient cette promesse de don comme un appel paradoxal à la consommation, Altermundi répond : “On reste une entreprise. On ne veut pas que les gens arrêtent de consommer, on veut qu’ils consomment mieux, en faisant attention”.

Des ateliers seront aussi organisés dans plusieurs villes de France pour apprendre des gestes pour une consommation plus raisonnable. Identifier les raisons du gaspillage, découvrir des combines pour recycler… Différentes associations proposeront leurs astuces. Altermundi, accueillera dans un de ses magasins un atelier pour apprendre à faire son thé et à le réutiliser. La Maison du Canal proposera, elle, un cours de réparation d’appareils électroniques. Tout pour réduire la taille de ses poubelles. En France, 324,5 millions de tonnes de déchets sont produits chaque année.