La justice italienne demande le placement sous séquestre de l’Aquarius

Bloqué au port de Marseille depuis fin septembre, faute de pavillon, le navire humanitaire de SOS Méditerranée et de MSF est accusé d'avoir fait passer vingt-quatre tonnes de déchets toxiques pour des déchets classiques.

La justice italienne a demandé le placement sous séquestre de l’Aquarius, a annoncé mardi 20 novembre l’ONG Médecins sans frontières (MSF). Le navire humanitaire, affrété par MSF et SOS Méditerranée pour secourir les migrants en mer, est soupçonné d’avoir fait passer vingt‐quatre tonnes de déchets potentiellement toxiques pour des déchets classiques.

Cette demande fait suite à une longue enquête du Bureau du Procureur général de Catane, en Sicile, sur le traitement des déchets à bord. La justice transalpine pointe en particulier les restes alimentaires, les vêtements des personnes secourues, et les déchets issus des activités médicales menées à bord.

MSF dénonce une criminalisation de son action

“Les opérations portuaires de nos navires de secours en mer ont pourtant toujours suivi les normes en vigueur”, se défend MSF dans un communiqué. “Cette mesure grotesque est mise en œuvre dans l’unique but d’empêcher les actions médicales et humanitaires pour sauver des vies en mer”, poursuit le document.

L’Aquarius est bloqué en port de Marseille depuis septembre dernier et l’annonce du Panama de ne pas renouveler le pavillon du navire pour « non‐respect » des « procédures juridiques internationales ».

Médecins sans frontières, qui considère les allégations du procureur comme “inexactes et fallacieuses” a d’ores et déjà annoncé faire appel de la décision auprès des instances de recours italiennes.

Retrouvez la timeline retraçant les dates clés d’une odyssée perturbée à de nombreuses reprises ici