Le chômage stagne au troisième trimestre

Pas de variation sur le front du chômage. Le nombre de demandeurs d’emploi en France s’est stabilisé au troisième trimestre, le taux de chômage s’élevant à  9,1%, comme au deuxième trimestre, selon les chiffres dévoilés ce mardi par l’Institut national de la statistiques et des études économiques (Insee). La France entière (hors Mayotte) compte 2,7 millions de chômeurs, au sens du Bureau international du travail (BIT), soit 0,5 point de moins que l’an dernier. En France métropolitaine, le taux est également le même qu’au trimestre précédent ; 8,8%.

Le taux de chômage reste à son niveau de 2011 mais ne parvient pas à passer sous la barre des 9%, franchie une seule fois au deuxième trimestre de 2017. Le nombre de demandeurs d’emploi ne retrouve toujours pas ses canons d’avant la crise de 2008. Au premier trimestre 2008, l’Insee recensait un taux de chômage de 6,8%.

Un jeune actif sur cinq à recherche d’un emploi

Autre inquiétude : le taux de chômage de la catégorie des 15–24 ans reste élevé et continue de progresser. Un jeune actif sur cinq cherche toujours un emploi (20,6% en France métropolitaine). Le phénomène connaît une hausse d’un point sur un an.

Face à ces chiffres, le gouvernement demande du temps. “On ne peut pas régler 30 ans de chômage en un an”, a indiqué Murielle Pénicaud, ministre du Travail. Son objectif : ramener le taux de chômage sous la barre 7% avant la fin du quinquennat. Pour y arriver, l’exécutif mise sur les hypothétiques fruits de ses réformes. En plus des ordonnances réformant le code du travail, déjà en vigueur depuis un an, une réforme de la formation professionnelle et de l’assurance des règles de l’assurance chômage verront le jour dans les prochains mois.