Emmanuel Macron en Argentine pour se rapprocher de l’Amérique latine

Le président de la République est arrivé mercredi soir à Buenos Aires, pour une visite de près de 48 heures avant le G20 qui débute vendredi dans la capitale argentine.

Il a décidé d’arriver 48 heures avant les autres chefs d’États. Emmanuel Macron, accompagné de son épouse Brigitte, a atterri, mercredi soir, à Buenos Aires, deux jours avant le début du G20, qui doit se tenir vendredi et samedi dans la capitale argentine. Le président français effectue là sa première visite officielle en Amérique du Sud.

L’objectif principal de cette visite est de se rapprocher de Mauricio Macri, le président argentin. Et d’ainsi s’assurer le soutien de ce pays lors des discussions du G20. Emmanuel Macron, chantre du multilatéralisme et du libéralisme, sait que ses positions ne seront pas les plus soutenues lors de ce sommet international. Il craint, notamment, un « tête‐à‐tête entre la Chine et les États‐Unis et une guerre commerciale destructrice pour tous. »

Un affrontement qui lui fait craindre des conséquences durables sur de tels sommets. « Ce qu’on risque, c’est le blocage des forums multilatéraux comme le G20, a‐t‐il ainsi ajouté dans l’interview donnée à La Nacion. Si nous ne montrons pas des avancées concrètes, nos réunions internationales deviendront inutiles, voire contreproductives. »

Tweets incendiaires

Si Emmanuel Macron se tourne vers l’Argentine, c’est également en vue d’opérer un rapprochement avec l’Amérique latine, pour contrebalancer le refroidissement des relations avec Donald Trump. Pour la première fois depuis l’élection du président français, un sommet international se tiendra sans rencontre bilatérale entre les deux chefs d’États. Donald Trump avait lancé une polémique par une série de tweets incendiaires contre Emmanuel Macron.

“Le problème est qu’Emmanuel Macron souffre d’un très bas taux de popularité, 26 %, et d’un chômage de presque 10 %. Il voulait juste changer de sujet. Mais il n’y a pas de pays plus nationaliste que la France, un peuple très fier, et à juste titre !”

Emmanuel Macron a, en outre, prévu plusieurs étapes culturelles durant sa visite en Argentine. Il rencontrera ainsi la veuve du grand poète Jorge Luis Borges. Maria Kodama, mariée à Borges quelques mois avant le décès de l’écrivain en 1986, fera visiter à Emmanuel Macron la fondation Borges. Le président français se rendra également dans la librairie El Ateneo Grand Splendid, l’une des plus réputées de la capitale argentine, pour aller à la rencontre de jeunes auteurs.

Une halte politique aura également lieu sur la Plaza de Mayo, connue pour être le lieu, depuis 40 ans, de manifestations des mères et grand‐mères de personnes disparues durant la dictature militaire, de 1976 à 1983.

D’autres invités sont arrivés à Buenos Aires plusieurs jours avant le début du G20. C’est le cas de Donald Trump, qui devrait s’y rendre dès jeudi. Mohammed Ben Salmane, le prince héritier d’Arabie saoudite, est quant à lui arrivé mercredi dans la capitale argentine. Vu comme progressiste il y a encore quelques mois, il est aujourd’hui soupçonné par plusieurs puissances occidentales, dont les États‐Unis, d’être le commanditaire de l’assassinat de Jamal Khashoggi. Ce journaliste, critique du pouvoir saoudien, a été assassiné dans le consultat saoudien à Istanbul, en Turquie, un meurtre dans lequel Mohammed Ben Salmane rejette toute responsabilité.

Le G20 réunira, vendredi et samedi, des chefs d’États et de gouvernements de dix‐neuf pays et de l’Union européenne, vingt des structures les plus puissantes de la planète.