Meurtre d’Alexia Daval : Jonathann Daval maintient la version du complot familial

Lors de son audition avec le juge, le compagnon d'Alexia Daval, soupçonné de l'avoir tuée en octobre 2017, a maintenu sa version des faits : il serait victime d'un complot familial.

Pas de révélation pour cette fois. L’audition de Jonathann Daval n’a apporté « aucune information nouvelle qui viendrait modifier de quelque façon que ce soit ce dossier », a assuré Me Randall Schwerdorffer, un de ses avocats. Lors de sa rencontre avec un juge d’instruction du tribunal de Besançon, le mari d’Alexia Daval a soutenu l’idée qu’il était victime d’un complot familial.

Le corps d’Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, est retrouvé le 30 octobre 2017 à Gray‐la‐Ville en Haute‐Saône, deux jours après le signalement de sa disparition par son mari. En janvier, Jonathann Daval passe du statut de veuf éploré à celui de suspect numéro un, alors qu’il confesse le meurtre de son épouse. Six mois plus tard, il change de version et accuse son beau‐frère Grégory Gay, le mari de la soeur d’Alexia. D’après Jonathann Daval, il aurait tué la jeune femme lors d’un dîner de famille. Un « pacte secret », selon ses mots, aurait ensuite été conclu entre les parents, la soeur, le beau‐frère et lui‐même.

L’autopsie a montré qu’Alexia Daval avait été victime de violences, rouée de coups et étranglée. Franceinfo a également révélé ce jeudi la présence de traces dans son sang de trois médicaments forts : un somnifère, un antalgique et un décontractant musculaire. Alexia Daval aurait absorbé ces substances de manière « répétée », d’après leurs informations. Les parties civiles ont demandé à avoir accès au dossier médical du mari de la victime pour vérifier que ces médicaments ne lui étaient pas destinés.

Le 7 décembre prochain, Jonathann Daval sera confronté à la famille d’Alexia Daval. Il rencontrera individuellement ses beaux‐parents, sa belle‐soeur et son beau‐frère. Ces confrontations seront un « moment clé » du dossier selon l’avocat du suspect.