Affaire Lactalis : nouvelles traces de contamination à l’usine de Craon

C’est une nouvelle information cruciale dans l’affaire Lactalis. Deux types de salmonelles ont été retrouvés dans des produits fabriqués par la tour n°2 de l’usine de Craon en Mayenne, selon des documents de la Direction générale de la santé (DGS) consultés par l’AFP jeudi 29 novembre.

L’annonce fait l’effet d’un camouflet pour l’usine de Mayenne. Lors de l’éclatement de l’affaire fin 2017, les dirigeants de Lactalis avaient assuré que seule la tour n°1 était touchée par la contamination. Et c’est aujourd’hui encore “sur l’absence de contamination dans la tour n°2 que le groupe s’appuie pour justifier la réouverture de l’usine de Craon”, explique Quentin Guillemain, président de l’association des familles victimes du lait contaminé (AFVLCS) à l’AFP.

Un scandale sanitaire qui dure depuis deux ans

Depuis le 2 décembre 2017, le numéro un mondial des produits laitiers est touché par un scandale sanitaire sans précédent. Son entreprise mayennaise a fabriqué du lait en poudre pour nourrissons, contaminés à la salmonelle, bactérie à l’origine d’infections intestinales. L’usine a définitivement fermé en décembre 2017 et avait procédé au rappel de ses laits et de l’ensemble de ses produits d’alimentation infantile.

Officiellement, 38 nourrissons ont été déclarés malades après avoir consommé des produits fabriqués par Lactalis. 18 d’entre eux ont été hospitalisés. Contacté par l’AFP, le directeur de la communication de Lactalis, Michel Nalet, a affirmé ne pas être en capacité de répondre dans l’immédiat à cette nouvelle révélation.