Gilets jaunes : les Champs‐Elysées ouverts aux piétons samedi prochain

Deux semaines après le début de la crise des "gilets jaunes", dans un soucis d'apaisement, le Gouvernement a annoncé que les Champs-Elysées seraient ouverts samedi 1er décembre, pour l'acte 3 de la mobilisation. "Les contrôles de sécurités seront renforcés", a souligné le ministre de l'Intérieur.

Une semaine après les débordements de la manifestation des Gilets jaunes sur les Champs‐Elysées à Paris, l’avenue sera ouverte aux piétons samedi 1er décembre, a indiqué le ministère de l’Intérieur, vendredi 30 novembre. Les Français pourront s’y rendre pour manifester pour le troisième acte de la mobilisation des “gilets jaunes”, après s’être soumis à des “contrôles d’identité”, a déclaré le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner sur France 3.

“Nous fouillerons les sacs pour éviter qu’il y ait des armes et que nos forces de l’ordre soient des victimes, surtout que nous savons que l’ultra gauche et l’ultra droite, comme ça avait été le cas la semaine dernière pour l’ultra droite, (…) se mobilisent pour venir une nouvelle fois casser”, a insisté le ministre.

Samedi 24 novembre, barricades, feux de trottinettes électriques, et actes de vandalisme avaient donné un air de guérilla urbaine aux Champs Elysées.

Des forces d’interpellation seront présentes

Le périmètre autour des Champs‐Elysées sera protégé par les forces de l’ordre, samedi 1er décembre, mais cette fois le ministre veut des actions immédiates de la part de la police pour prévenir tout acte de vandalisme, ou de violence lors de la manifestation.

“Nous aurons des forces d’interpellation sur le site et dès qu’il y aura des dégâts, des provocations, nous sanctionnerons, nous interpellerons et nous livrerons à la justice”, a prévenu Christophe Castaner.

Une cinquantaine d’unités de forces mobiles seront présentes lors du rassemblement, d’après une source policière de l’agence France Presse. Soit environ 5 000 hommes. Au plus fort de la manifestation du 17 novembre, 65 000 policiers, gendarmes et pompiers étaient mobilisés.

Niveau organisation : le ministre a rappelé aux “gilets jaunes” de déclarer leur manifestation, il n’a pour l’instant reçu aucune “demande officielle”.