La boxe suspendue du programme des Jeux olympiques

L’organisation qui gère ce sport, l’une des disciplines majeures des Jeux olympiques, est pointée du doigt pour son financement et son éthique, dit le CIO.

Les Jeux olympiques (JO) pourraient perdre l’une de leurs disciplines les plus contestées. Le Comité international olympique (CIO) a annoncé vendredi le « gel de l’organisation du tournoi de boxe » aux JO de Tokyo-2020. Une décision qui intervient en parallèle d’une enquête lancée par ce même CIO sur la controversée association internationale de boxe amateur (AIBA), organisatrice du tournoi olympique. Une procédure qui pourrait « conduire au retrait de la reconnaissance de l’AIBA » par le comité olympique.

Le CIO doit se pencher sur le financement de l’organisation, mais aussi à son éthique, mise en cause. En 2016, lors des Jeux de Rio de Janeiro, tous les arbitres du tournoi de boxe avaient été suspendus. Une méfiance que n’a pas arrangé l’élection, début novembre, de l’homme d’affaires ouzbek Gafur Rakhimov, « criminel majeur » selon le Trésor américain, à la présidence de l’AIBA.

Réservé aux amateurs

Aux JO, seuls sont autorisés à participer aux tournois de boxe les athlètes amateurs. Un fonctionnement lié à la genèse de l’olympisme, tourné vers le sport amateur, qui permet de faire découvrir de jeunes boxeurs à fort potentiel. Mais ce système dérange. À plusieurs reprises, des combats à enjeux ont été remportés par des boxeurs qui avaient semblé dominés. En France, un exemple reste ancré dans les mémoires : celui d’Alexis Vastine. Ce poids super-léger, l’un des meilleurs mondiaux dans sa catégorie, avait crié au scandale après ses deux défaites olympiques, en demi-finale en 2008 et en quarts de finale en 2012. « On lui a volé sa finale olympique », avait réagi en direct le commentateur de France Télévisions, Arnaud Romera. Le jeune boxeur est décédé tragiquement le 3 janvier 2015, lorsque deux hélicoptères se sont percutés en plein vol durant le tournage d’une émission de télévision.

La boxe est l’un des sports historique du programme olympique. Figurant parmi les épreuves originelles des jeux antiques, la discipline a fait son entrée aux JO modernes en 1904, à Saint-Louis. Dans les années 1960, trois futures légendes de la boxe avaient débuté leur carrière professionnelle dans la foulée d’un titre olympique : Cassius Clay (qui allait devenir Mohamed Ali), George Foreman et Joe Frazier. Côté français, Brahim Asloum et Tony Yoka sont les champions olympiques les plus connus du grand public. Ils n’auront peut-être pas de succession.