Paris va retirer sa citoyenneté d’honneur à Aung San Suu Kyi

La décision est « sans précédent ». La maire de Paris Anne Hidalgo a décidé de retirer la citoyenneté d’honneur de la ville à Aung San Suu Kyi a annoncé vendredi un porte‐parole à l’AFP. L’élue parisienne reproche à la dirigeante birmane son inaction face aux « violences et persécutions commises par les forces de sécurité birmanes à l’encontre de la minorité Rohingya, que l’ONU a qualifiées de génocide » affirme la Mairie de Paris.

L’adjoint à la mairie de Paris en charge des relations internationales Patrick Klugman a souligné un « geste symbolique fort » qui entend dénoncer « l’intolérable et incompréhensible silence » de la dirigeante birmane face aux exactions qui touchent cette minorité musulmane.

Prix Nobel de la Paix en 1991 pour son engagement contre le régime autoritaire birman, l’ancienne icône de la démocratie subit des camouflets de plus en plus nombreux. Plusieurs villes, comme Edimbourg ou Glasgow, ont déjà déchu la dirigeante birmane de son titre de citoyenne d’honneur. Le 12 novembre, c’était l’ONG internationale qui avait retiré à Aung San Suu Kyi son prix d’ ”ambassadrice de conscience” qu’elle avait reçu en 2009.

En 2017, plus de 700 000 Rohingyas ont fui les exactions commises par des militaires birmans et des milices bouddhistes et se sont réfugiés au Bangladesh voisin.