100 lycées bloqués en France, parfois dans la violence

Partout en France, des blocus de lycées ont été émaillés de violence. Les lycéens manifestent en soutien aux gilets jaunes ou afin de protester contre, entre autres, Parcoursup et la réforme du bac. Plus de 100 lycées sont bloqués entièrement ou partiellement selon le ministère de l’Education nationale.

  • A Aubervilliers, le blocage du lycée professionnel Jean-Pierre Timbaud a viré à l’émeute ce matin. Des casseurs, mêlés aux lycéens qui manifestaient, ont vandalisés des abribus, brûlé des voitures et se sont parfois livrés à des pillages. Un cordon de police bloque actuellement la circulation avenue de la République. La station de métro Aubervilliers-Pantin Quatre Chemins est fermée, comme la majorité des magasins alentours. La circulation des bus est perturbée.

 

  • Environ 250 lycéens sont mobilisés à Toulon selon une équipe de France 3 sur place, et défilent dans une tension persistante. Les jets de pierre répondent aux gaz lacrymogènes. Les principaux axes dans et autour de l’agglomération sont fermés.

 

  • Des tensions ont été observées à Clermont-Ferrand, devant les lycées Blaise Pascal, Sidoine Apollinaire, Jeanne d’Arc et Ambroise Brugière. Au total près de 400 lycéens étaient dans la rue selon la police. Plusieurs manifestants ont affiché leur soutien aux gilets jaunes. La manifestation a rapidement dégénéré, et des heurts ont eu lieu avec la police, qui a reçu des projectiles avant de riposter avec du gaz lacrymogène.

 

  • Dijon : À Dijon, près de 900 lycéens se sont mobilisés. La préfecture de Côte-d’Or indique sur Twitter qu’un policier a été blessé dans des heurts avec des manifestants devant le commissariat, mais elle précise que les violences auraient été commises par des “adultes casseurs manifestement extérieurs au mouvement”. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

 

  • A Lille, des lycéens bloquent depuis ce lundi matin, aux alentours de 7 h 30, l’entrée de l’établissement Montebello. La police est sur place et la circulation sur le boulevard est (de nouveau) condamnée dans les deux sens. Un lycéen explique les raisons du blocage :

 

  • La Rochelle :  Après de petits mouvements vendredi, ce lundi matin, deux nouveaux blocages filtrants ont été organisés par des lycéens rochelais aux abords de certains établissements de la ville, notamment à Valin. 300 à 500 d’entre eux ont enchaîné par une manifestation improvisée.

 

  • De nombreuses tensions entre manifestants et policiers aux abords du lycée Langevin, à la Seyne-sur-mer.

 

  • Neuf lycées marseillais sont en grève. Les élèves bloquent les entrées de leurs établissements. Au Lycée Jean Perrin, un lycéen a été brûlé dans le dos et la police aurait lancé du gaz lacrymogène.

A Paris, il y a eu une dizaine de tentatives de blocages mais la plupart ont été levés rapidement, a-t-on indiqué au rectorat. Aucun établissement n’est entièrement bloqué et six ou sept avaient un blocage filtrant. Des manifestations ont également mobilisé en Nouvelle-Aquitaine plusieurs milliers de lycéens lundi dans les rues de Bordeaux, Limoges et Pau, où des affrontements ont eu lieu avec la police qui a procédé à plusieurs interpellations. Au total, plus de cent établissements en France étaient bloqués ce matin, partiellement ou entièrement selon le ministère de l’Education nationale.