Jean-Claude Arnault : condamnation alourdie pour le premier grand procès de l’ère #metoo

La condamnation, en Suède, du Français Jean-Claude Arnault a été alourdie en appel, lundi 3 décembre. La  cour l’a déclaré coupable de deux viols et non d'un seul.

Jean-Claude Arnault a perdu son procès en appel et a été condamné aujourd’hui à deux ans et demi de prison pour deux viols, une affaire qui avait entraîné le report du prix Nobel de littérature 2018. Le Français de 72 ans, avait été condamné début octobre en première instance à deux ans de prison pour l’un des deux viols pour lesquels il était poursuivi. L’affaire de son accusation avait fait scandale en novembre 2017, faisant imploser l’Académie suédoise (qui décerne les prix Nobel) dans le sillage du mouvement #metoo, un mois après les révélations sur les viols et les autres agressions sexuelles imputés au producteur de cinéma américain Harvey Weinstein.

Acquitté pour le deuxième viol lors de son premier procès, la cour d’appel l’a finalement reconnu coupable du second viol et a alourdi sa peine de six mois de prison. Jean-Claude Arnault, lui, soutient que les relations sexuelles avec son accusatrice étaient consenties.

L’académie suédoise durablement marquée

Photographe et directeur artistique de profession, Jean-Claude Arnault est très peu connu dans son pays natal, mais il est célèbre en Suède, où il vit depuis une cinquantaine d’années avec sa compagne, Katarina Frostenson, qui siégeait de l’Académie suédoise. Ses accusatrices (18 au total) affirment que l’institution connaissait ses écarts, mais qu’elle faisait régner une « culture du silence » dans les cercles culturels de Stockholm.

La mise en cause du photographe par la justice suédoise a conduit dix des membres de l’Académie suédoise à démissionner. Elle s’était retrouvée forcée à reporter d’un an l’annonce du Nobel de littérature 2018, une première depuis soixante-dix ans.