La zone euro tient sa réforme

C’est le fruit de longues réunions. Les ministres des Finances des pays de l’Union européenne sont parvenus à un accord sur la réforme de la zone euro, mardi, après une dernière réunion de 18 heures. L’annonce vient de Luis Rego, porte-parole de l’Eurogroupe, sur Twitter.

Obtenu à 27 — en l’absence du Royaume-Uni en raison du « Brexit » -, le nouvel accord vise à mieux faire face aux prochaines crises financières. Il dotera les autorités européennes d’une « boîte à outils » plus efficace en cas de choc majeur de l’économie continentale.

Contrairement à ce que prônait Emmanuel Macron, les négociations n’ont pas abouti à la désignation d’un ministre européen des Finances, ni à la création d’un Fonds monétaire international (FMI). La version finalement retenue par les ministres européens des Finances est bien plus édulcorée. La faute aux Pays-Bas, réticents à cette idée, qui ont emmené avec eux une partie des pays du nord de l’Europe.

Les détails ont été livrés lors d’une conférence de presse dans la foulée de cette ultime réunion. Celle-ci réunissait Mario Centemo, président de l’Eurogroupe, Pierre Moscovici, Commissaire européen aux Affaires économiques, et Klaus Regling, président du Mécanisme européen de stabilité (MES). Ce dernier organisme voit ses responsabilités étendues, ce qui lui permettra de venir plus largement en aide aux pays européens les plus endettés.

Lundi après-midi, avant la réunion, le cas de l’Italie était particulièrement scruté : le pays, dirigé depuis six mois par deux partis populistes (la Ligue, d’extrême-droite, et le Mouvement Cinq Étoiles), est déjà au centre de l’attention au sujet de son budget. Mais le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Olaf Scholz, avaient affiché leur confiance.

Cette réunion s’est cependant terminée sans le ministre français, rentré en France pour un conseil des ministres restreint d’urgence au sujet des gilets jaunes. Mais il s’est félicité d’avoir « enfin une vraie perspective, pour la première fois, d’un budget de la zone euro avec des fonctions de convergence et de compétitivité ».