À Tolbiac, pas de cours et des revendications multiples

Après les lycées, les universités. Le campus de Tolbiac, qui fait partie de l’université Paris I, est bloqué ce mercredi. Des étudiants, dont certains disent se joindre au mouvement des gilets jaunes, y apportent leurs propres revendications. Ils s’élèvent notamment contre le prix d’inscription en université pour les étudiants venant de pays hors Union européenne.

Les portes du campus sont cependant ouvertes, et une assemblée générale des étudiants se tenait mercredi matin, a relayé un étudiant sur Twitter.

Des étudiants ont annoncé qu’ils défileraient, samedi, aux côtés des gilets jaunes pour l’acte IV du mouvement. Ils sont encouragés en cela par le Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNES-FSU), qui a publié un communiqué pour appeler les personnels des universités à se joindre aux étudiants et lycéens.

Outre le refus de la hausse du coût d’inscription en université pour les étudiants étrangers, qui rejoint la contestation globale contre hausse du coût de la vie, les étudiants de Tolbiac demandent notamment la fin de la sélection à l’entrée de l’université, mise en place par la nouvelle plateforme Parcoursup.

Tolbiac n’est pas le seul campus universitaire touché par des blocages. Ce mercredi, les cours sont suspendus à la Sorbonne nouvelle, pour la deuxième journée consécutive. Les blocages de lycée, eux, continuent. Une quinzaine d’académies sur 30 sont concernées, même si le nombre total d’établissements bloqués est en baisse. Les académies de Créteil et de Marseille, avec 20 lycées perturbés ou bloqués, sont les plus touchées.